Les députés européens unanimes contre le projet de loi anti-IVG du gouvernement polonais

manifestation-contre-linterdiction-de-lavortement-pologne
Au cours d’un débat sous haute tension, les député(e)s européen(ne)s, toutes tendances confondues, ont réaffirmé avec vigueur le droit à l’avortement et celui des femmes à disposer de leurs corps, laminant les arguments d’extrême droite d’une poignée de défenseurs du gouvernement polonais, qui voudrait criminaliser l’IVG.
Deux faits peu courants ont marqué l’ambiance qui a entouré le  débat sur le droit des femmes en Pologne, mercredi soir au Parlement européen. Tout d’abord, en concluant les échanges, la commissaire européenne tchèque Vera Jourova, bousculant les usages avec beaucoup de sincérité et d’émotion, s’est déclarée clairement opposée au projet de loi du gouvernement polonais visant à interdire l’avortement, même si elle a cherché à lui trouver sinon des excuses, tout au moins des explications. Ensuite, de nombreux député(e)s se sont levé(e)s – là encore contre les usages qui exigent qu’il n’y ait aucune communication entre visiteurs et assemblée – pour applaudir un groupe de militantes polonaises installées dans les tribunes, venues spécialement à Strasbourg pour défendre le droit à l’avortement des femmes en Pologne.
Car même si dans l’après-midi, on avait appris que la commission parlementaire polonaise chargée de proposer les lois, avait finalement décidé de repousser pour l’instant le projet criminalisant l’avortement, pour la députée socialiste polonaise Krystyna Lybacka, « peut-être que l’on a gagné une bataille, mais c’est une guerre qui nous attend ». Pour Barbara Spinelli ( GUE/ GVN ), il n’y a d’ailleurs aucun doute, « le gouvernement réfléchit à une autre loi tout aussi punitive », résultat de la « contre-révolution culturelle » due à l’interférence de l’église polonaise dans le domaine de l’Etat.
Ce qui semble certain, c’est que ce recul du gouvernement est bien la conséquence de la très forte mobilisation des femmes en Pologne au cours des derniers mois, mobilisation qui a connu son apogée lundi où des dizaines de milliers de Polonaises sont descendues dans la rue, pour défendre le droit à l’avortement. « Ce projet de loi a généré une opposition de masse dans le pays », constate la militante des droits des femmes Wanda Nowicka, qui fait partie de la délégation venue de Pologne.  « Au cours du « lundi noir » ( en référence à la couleur des vêtements portés lundi par les manifestantes polonaises ), il y a eu plus de 150 manifestations partout sur le territoire, pas seulement dans les grandes villes, mais aussi dans des petites villes où personne n’avait jamais manifesté, » ajoutant : « le combat ne fait que commencer. »
On s’en est rendu compte au cours du débat, en constatant la virulence avec laquelle quelques nostalgiques ( « les dinosaures comme vous appartiennent au passé », a clamé une députée à leur adresse ), continuaient à ferrailler contre l’avortement, un « génocide » que le député d’extrême-droite polonais Michal Marusik – membre du groupe des Nations et des libertés de Marine Le Pen – n’hésite pas à comparer « au nombre de personnes mortes au cours de la seconde guerre mondiale.» Leurs arguments : l’Europe n’a pas à se mêler du droit à l’avortement qui, d’un point de vue légal, dépend exclusivement des législations nationales. Et par ailleurs, le projet polonais, avancent-ils, n’est pas directement celui du gouvernement, mais celui des « 500 000 citoyens qui en ont fait la demande. »
Des arguties battues en brèche par tou(te)s les député(e)s, quelle que soit leur couleur politique. Rappelons que la proposition de loi polonaise voulait totalement interdire l’avortement. Même les victimes de viols ne pourraient y avoir recours, et les personnels médicaux qui seraient impliqués dans des IVG seraient menacés de peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 5 ans.
mobilisationpourlavortement_pologne_1
« C’est incompréhensible qu’on doive encore débattre pour savoir si les femmes peuvent décider de leur corps », a assuré la socialiste allemande Birgit Sippel, faisant écho à la députée de droite finlandaise Sirpa Pietikainen ( PPE ) , elle aussi «  très triste de devoir avoir ce débat au XXIème siècle », et rappelant que « les droits des femmes font partie des droits humains que l’Union européenne a le devoir de protéger.» La libérale suédoise Cecilia Wikström, elle aussi « fatiguée que ce soient les hommes qui s’occupent de nos corps, » a martelé qu’elle non plus «  n’acceptait pas cette barbarie contre le corps des femmes. »
Plusieurs députées ont fait par ailleurs remarquer que le projet de loi du gouvernement polonais, outre son aspect archi-réactionnaire à l’encontre des femmes, était aussi un projet « de classe », puisque les premières victimes de l’interdiction de l’IVG seraient les femmes les plus démunies et les plus isolées, les plus fortunées ayant elles la possibilité de se rendre à l’étranger pour pratiquer l’IVG.
« Cette loi répressive qui remet en cause l’égalité homme-femme du droit à la santé », a ajouté la députée socialiste Liliana Rodriguez, « aura pour conséquence de développer les avortements clandestins, synonyme de peine de mort pour de nombreuses femmes, » constatant que la loi polonaise sur l’IVG était déjà aujourd’hui la plus restrictive d’Europe.
Les militantes polonaises pour les droits des femmes ont fait remarquer de leur côté que la lutte contre le projet de loi était la dernière chance pour arrêter les ultras conservateurs qui se sentent pousser des ailes en Pologne, assurant que les femmes se sentaient actuellement « en danger dans un pays qui ne les protège pas. »
«  Peut-on accepter au XXIème siècle que les filles aient moins de droits que leurs mères ? », a demandé la députée socialiste espagnole Iratxz Garcia Perez, ajoutant en s’adressant aux militantes venues de Pologne : « votre liberté, c’est notre lutte ! »
Photo de garde : Janek Skarzynski
Jean-Jacques Regibier
Article tiré de l’Humanité  le 6 octobre 2016
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s