Les emplois se suppriment à la chaîne chez Volkswagen

872131-volkswagen-press-conference

Sous pression depuis le «Dieselgate», l’ex-numéro un mondial de l’automobile va supprimer près de 30 000 emplois d’ici 2025. Un plan sans équivalent depuis des décennies.

Cure d’austérité pour Volkswagen. La marque allemande a annoncé vendredi qu’elle allait supprimer 30 000 emplois à travers le monde, dans le cadre d’un plan de restructuration baptisé «Pacte pour l’avenir» visant à réaliser 3,7 milliards d’euros d’économies par an jusqu’en 2020 et à augmenter la productivité des sites allemands jusqu’à 25%. L’objectif est de faire passer à 4% la marge d’exploitation de la marque VW. Les coûts de production de VW sont en effet considérés comme trop élevés, indépendamment des pénalités colossales que devra verser le groupe pour régler le scandale des moteurs diesel truqués. La marque VW ne dégage que 1,60 euro de bénéfices pour 100 euros de chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de l’année.

Le groupe qui compte 624 000 salariés à travers le monde (dont 282 000 en Allemagne) entend ainsi améliorer sa rentabilité et dégager les fonds nécessaires aux colossaux investissements qui lui permettront de développer la voiture propre de demain. Conformément au principe de la cogestion à l’allemande, la direction et le comité d’entreprise étaient en négociations depuis des mois sur le dossier. Depuis septembre, on savait que ce troisième plan de restructuration en un quart de siècle aurait des conséquences sur la convention collective très avantageuse pour les salariés de VW.

Palette de formule

Le plan signé par les partenaires sociaux prévoit une restructuration des six usines ouest-allemandes ainsi que du site saxon de la marque, à l’est. 23 000 emplois seront supprimés en Allemagne, sans licenciements secs.«Nous allons utiliser les fluctuations naturelles avec une proportion importante de baby-boomer parmi les effectifs», explique le président du comité d’entreprise Bernd Osterloh. Une palette de formules permettant les départs en préretraite ou le temps partiel en période de préretraite sera proposée aux salariés.

Le volet investissement – le groupe va investir 3,5 milliards dans les modèles électriques et les véhicules autonomes – prévoit de son côté une réorganisation de la production entre les sites allemands (deux modèles électriques seront à l’avenir produits en Allemagne), et l’embauche de 9 000 postes liés aux nouvelles technologies, notamment sur le site historique de Wolfsburg.

«Coût du scandale»

«C’est une bonne chose que VW ait franchi le pas, se félicite l’expert automobile de l’université de Duisburg-Essen Ferdinand Dudenhöffer. Il ne faut pas oublier que Toyota construit autant de voitures que VW, avec 300 000 salariés en moins ! Ces réductions d’effectifs sont donc un pas important. Mais il reste des risques considérables autour de VW.»«VW s’attaque à ses problèmes de façon plus offensive que ce à quoi on s’attendait, ajoute Frank Schwope, analyste auto de Nord-LB. Les coûts considérables doivent être abaissés. Le groupe est obligé de faire des économies. D’une part à cause de sa trop faible profitabilité, mais aussi d’autre part du fait du coût du scandale des moteurs diesel, que j’estime au final à entre 25 et 35 milliards d’euros. Restent des zones d’incertitude, notamment le marché chinois. VW est très dépendant des avantages fiscaux accordés actuellement à l’automobile par le gouvernement. Je m’attends à une chute des ventes en Chine de 300 000 exemplaires si cet avantage fiscal disparaissait fin 2016.»VW avait déjà connu deux plans de restructurations radicaux en 1993 et en 2006. En 1993, Peter Hartz, alors directeur du personnel avait introduit la semaine de quatre jours – payée quatre jours – pour réduire les coûts et sauver l’emploi. En 2006, le groupe décidait au contraire le retour à la semaine de cinq jours, mais sans hausse des salaires.

Photo de garde :Julian Stratenschulte
Nathalie Versieux
Article tiré de Libération  le 18 novembre 2016

Publicités

Une réflexion sur “Les emplois se suppriment à la chaîne chez Volkswagen

  1. Pingback: Les emplois se suppriment à la chaîne chez Volkswagen — On n’est pas des moutons | MONSITE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :