La Seine-Saint-Denis, département symbole d’un abandon d’État

ac678b46d02af90a3d2fbd9206dccab8_l

Les conclusions scandaleuses de la police des polices (IGS) sur l’attentat commis contre Théo, le jeune habitant d’Aulnay, ne pouvait mener qu’à l’embrasement.

Au départ à Aulnay le petit nom de la cité était la « Rose des vents »… pour vite devenir la « Cité des 3000 ». Plus rude. Plus sec. Plus juste, au fond…

Parmi les témoignages des gosses qui ont manifesté sans violence ce week-end, et qui ont même contribué après chaque séance de saccages au nettoyage et aux réparations de leur quartier en colère, revient toujours cette vérité : « 40 ans de stigmatisation, ça laisse des marques… »

Abandon

Le jeune homme ne se trompe peut-être que d’une petite décennie pour l’histoire, mais certainement pas sur le fond.

En Seine-Saint-Denis (93, prononcer Neuf-trois), ex-département de ce que fut la « Banlieue rouge », c’est surtout au milieu des années 80 que les problèmes d’exclusion et d’abandon ont commencé à se manifester. Dans le même temps que le Parti communiste français s’affaiblissait au niveau national, en commençant à perdre des circonscriptions, puis des communes.

Jointe hier au téléphone, Sabine Cassou-Lombard, aujourd’hui responsable du Pôle info et rédactrice en chef du magazine du Conseil départemental du 93, rassemblait pour nous quelque souvenirs, au milieux de locaux quelque peu malmenés durant le week-end.

Nous avons subi des attaques très violentes. Mais quelque part ça devait arriver… 

L’ancienne journaliste responsable à Drancy de la rédaction de l’hebdomadaire « 93 actualités », proche du PCF, raconte.

« L’État, depuis longtemps, laissait aux villes communistes le soin de construire les cités populaires et d’accueillir les populations les moins favorisées. Ces villes, dont Aulnay, Drançy, Bobigny, Blanc-Mesnil, etc. ont fait un boulot remarquable. Avec la population, mais aussi avec la police, les autorités. En créant des structures d’accueil et de suivi, des centres socio-culturels de haut niveau. » Bref en créant un lien étroit entre la population et les institutions.

Après quelques années de délitement, l’arrivée de Nicolas Sarkozy au poste de ministre de l’Intérieur sous mandat Chirac a fini de casser la baraque déjà fragile.

Sabine Cassou n’en démord pas : « A partir du moment où l’on a supprimé la police de proximité, la dégradation des rapports entre les jeunes des cités et l’institution s’est accélérée. Le cas d’Aulnay et de la Cité des 3000 était l’un des exemples les plus parlants. On voit le résultat. »

La Seine-Saint-Denis, qui est aujourd’hui pilotée par le PS au niveau du Conseil départemental, continue cependant de travailler dans le sens de son passé de « banlieue rouge ». De superbes lycées y ont été construits, des équipements sportifs, sociaux et culturels se sont ajoutés aux structures déjà remarquables du département.

Il n’empêche. Sans accompagnement de l’État, un département ne peut pas tout régler. Le « 93 » est un monstre urbain de plus de 1,6 millions d’habitants. Pas les plus nantis du pays. La ligne B du RER n’est certainement pas le train de banlieue le plus cossu, non plus. Et l’agressivité y monte parfois très vite avec la misère lors des voyages dans le coin.

Après « l’affaire Théo » et les conclusions scandaleuses de l’IGS, la police des polices, insinuant la possibilité d’une « sodomie accidentelle» lors d’une arrestation proprement injustifiée ne pouvait qu’enflammer les esprits, malgré les appels au calme lancés par Théo lui-même, l’exemple de la dignité et de la sagesse d’un petit gars du « Neuf-trois ».

Photo de garde : AFP
Claude Gauthier
Article tiré de la Marseillaise  le 14 février 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s