Ceta – Le Parlement européen a voté le traité de libre-échange avec le Canada

2017-02-15t084409z_2046056525_rc1249609600_rtrmadp_3_eu-canada-ceta-protest_0

Le Parlement européen s’est prononcé ce mercredi 15 février à la mi-journée en faveur de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, le Ceta, vivement contesté par des associations de défense de l’environnement, des consommateurs et les partis de gauche et d’extrême-droite. La ratification du texte par l’ensemble des Parlements nationaux et régionaux de l’UE prendra des années mais le texte peut d’ores et déjà entrer en partie en vigueur.

Au terme de sept années de débats et de polémiques, 408 députés se sont prononcés en faveur du document -plus de 2000 pages-,  254 ont voté contre et 33 se sont abstenus, rapporte notre envoyée spéciale à Bruxelles, Anastasia Becchio.

Comme attendu, la droite, les conservateurs, les libéraux ont voté en faveur de cet accord économique et commercial global. Les sociaux-démocrates eux en sortent divisés : une majorité du groupe a voté pour, mais les Français, les Belges, les Néerlandais et les Polonais se sont exprimés contre.

L’accord a cristallisé l’opposition de partis de la gauche unitaire, des Verts, de l’extrême droite et de militants altermondialistes et écologistes qui se mobilisent toute la journée à Strasbourg. Ils pointent des risques pour l’environnement, la santé, l’emploi ou encore l’agriculture.

Même les défenseurs du texte, à droite, ne semblaient pas tout à fait sereins quant à l’avenir de la filière bovine qui serait soumise à rude concurrence. Aussi ont-ils demandé des garanties à la commissaire au Commerce Cecilia Malström, présente lors des débats ce mercredi matin. Mais les bénéfices attendus ont fait pencher la balance : meilleur accès au marché public canadien, reconnaissance d’une centaine d’indications géographiques protégées : les tarifs douaniers doivent rapidement disparaître sur près de 99% des marchandises.

L’accord doit entrer en application à partir du mois prochain, mais de manière provisoire, le temps d’être ratifié par l’ensemble des Parlements nationaux et régionaux de l’UE : 38 au total. Et on se souvient du blocage du Parlement wallon, autant dire que le CETA risque d’être encore chahuté.

Photo de garde : REUTERS – Vincent Kessler
Article tiré de RFI  le 15 février 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s