Les prisons se vident en Europe… sauf en France

Une étude publiée mardi révèle que le nombre de personnes incarcérées en Europe a baissé en moyenne de 6,8 %, mais augmenté de 5,4 % dans l’Hexagone.

Le constat est paradoxal. Pendant plus de trois ans, l’ex-ministre de la Justice Christiane Taubira a tenté de développer les alternatives à l’incarcération, en faisant voter, notamment, en août 2014, la « contrainte pénale » pour les courtes peines. Résultat ? Cette mesure est pour l’instant un échec. Au 1er février 2017, les prisons comptaient 69 077 détenus, soit 5,4 % de plus qu’au 1er septembre 2015. Un nombre qui devrait encore augmenter le mois prochain, battant un nouveau record historique.

Cette tendance est d’autant plus navrante qu’elle s’inscrit à l’inverse de celle constatée dans la plupart des autres pays européens. Selon l’étude annuelle du Conseil de l’Europe, publiée mardi dernier, le nombre de personnes détenues au niveau continental a enregistré une baisse de 6,8 % en 2015. « Une évolution positive », apprécie Thorbjorn Jagland, secrétaire général de cette instance intergouvernementale, qui rappelle qu’« un recours accru à des sanctions alternatives n’entraîne pas nécessairement une augmentation du taux de criminalité mais peut aider à la réinsertion des délinquants et à la résolution du problème de la surpopulation carcérale ».

Une densité carcérale de 113,4 détenus pour 100 places

Cette étude démystifie aussi certains arguments fallacieux de la droite et de l’extrême droite. Ces dernières taxent régulièrement la justice française de « laxisme », reprochant un taux d’incarcération plus faible (98,3 pour 100 000 habitants) que la moyenne européenne (134,7). Or on s’aperçoit que cette moyenne, réalisée sur quarante-quatre pays, est largement faussée par le poids de la Russie et de la Turquie, qui totalisent, à elles deux, 58 % du nombre des détenus dans toute l’Europe… Dans les faits, la France recourt davantage à la prison que l’Allemagne (77 détenus pour 100 000 habitants), les Pays-Bas (53) ou encore l’Italie (86). Elle reste, certes, en deçà de la Belgique (113), de l’Espagne (137) ou du Royaume-Uni (147). Mais, parmi tous ces pays, la France est seule à afficher une tendance régulière à la hausse… Avec une densité carcérale de 113,4 détenus pour 100 places, elle est aussi l’un des quinze pays européens à ne pas respecter la règle de l’encellulement individuel.

Laurent Mouloud
Article tiré de l’Humanité le 16 mars 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s