Des insoumis salonais – La Bastille, description d’une ambiance qui ne s’est pas vue à la télé

 

La grande marche pour la 6ème république a été une grande réussite avec 130 000 manifestants annoncés. La diffusion des images où la place de la République était pleine à craquer peut en attester. Notre vécu en tant que participants à cette journée a montré une force qui s’élève.

A l’arrivée à Paris, dans le métro déjà, dans la fraternité, les insoumis se reconnaissent tout de suite par leurs badges, pancartes et tous signes distinctifs. Ils engagent spontanément la conversation dans la bonne humeur. Certains s’adressent aux voyageurs du métro pour les inciter à aller à la Bastille et à voter JL Mélenchon avec des discours politiques bien rôdés.

A la sortie du métro Bastille, les manifestants arrivent de toute part, pancartes à la main. Nous sommes heureux de rencontrer par hasard Nanie et Rolland, des camarades de Martigues, et allons directement se restaurer ou boire une bonne bière à la brasserie du coin. C’est la foule, les insoumis sont là très vivants à se restaurer. Difficile d’avoir une table et nous devons attendre que l’une d’elles se libère. Nous engageons la discussion avec nos voisins. Jean-Pierre nous raconte sa fierté d’être présent alors que cela fait 40 ans qu’il vote à droite. Une prise de conscience a eu lieu pour lui car son fils l’a incité à écouter et à suivre d’une façon plus attentive Jean-Luc Mélenchon… C’est un signe que des choses bougent et que le peuple se met en mouvement.

Ensuite, direction la manif. Et là, quelle foule ! Des pancartes de Bayonne, de la Creuse, de la Drôme, de Corse, … Difficile de se frayer un chemin du fait de la densité.

Du coup, nous démarrons avec une heure de retard, pas à pas, mètre par mètre. Partout c’est la joie et la bonne humeur, des cris, des chants, des sifflets. Chacun s’exprime pour une vraie démocratie et l’exigence d’une 6ème République.

Impatients d’arriver plus vite place de la République, nous décidons d’aller à l’avant du cortège en se frayant un passage sur le trottoir de droite. Cela nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur la manif composée de toutes les générations et où la jeunesse est présente en masse.

Arrivés place de la République, un nombre important de personnes est déjà sur place. Nous nous demandons où nous placer, devant la scène ou un grand écran. Le temps de nous décider et nous sommes déjà serrés comme des sardines. Nous avons du mal à accéder à un endroit où nous pourrions voir la scène qui est déjà utilisée par des artistes nous présentant leur musique et leurs chansons. Pas de bousculade, pas d’agressivité, beaucoup de bienveillance pour que tout le monde trouve sa place. Nous décidons de nous poser devant un grand écran où déjà les prises de parole se manifestent. L’émotion est déjà bien présente dans les voix.

En même temps sur l’écran, nous voyons Jean-Luc Mélenchon et son entourage arriver sur la place.

Puis, le porte parole de la France Insoumise, tribun du peuple, monte sur la scène et entame son discours. Il est déjà plus de 16h30 alors qu’il devait s’exprimer à 15h00. L’ambiance est chaude et ponctuée des exclamations de la foule avec les cris de « Résistance ! ».

Le temps passe vite et nous regardons l’heure car nous avions convenu de partir à 17h00 pour prendre notre train à Marne-la-Vallée puisque la gare de Lyon est fermée. A 17h00 nous décidons de partir et rejoindre la bouche de métro située place de la République… Zut, elle est fermée. !

Du coup, après avoir regardé le plan, nous décidons de rejoindre la bouche de métro la plus proche mais ce n’est pas une mince affaire. Il faut se frayer un passage dans la foule pas à pas.

Ouf ! Sortis de la place de la République, nous nous dirigeons rapidement vers le métro pour prendre ensuite le RER en direction de la gare où nous avons quand même le temps de nous désaltérer.

Installés dans le train, nous sommes contents d’avoir participé à cette grande journée qui permet de prendre vraiment confiance et conscience du nombre. Ils ont des millions, nous sommes des millions. Ceci, pour développer une véritable dynamique qui mènera la France Insoumise vers la victoire malgré l’hostilité médiatique permanente et les sondages bidouillés qui sèment souvent le doute…

130 000 personnes à un meeting, quel autre candidat est capable de le faire alors que chaque insoumis a dû se payer le voyage ? Les autres candidats, eux, payent le déplacement à leurs supporters et arrivent à peine à atteindre leur objectif…

La victoire est à notre portée. Allons-y !

Myriam, Nicolas, Jean-Marc, Insoumis salonais (13) (auteurs des photos)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s