Mélenchon, idole des jeunes de l’Essec

Le candidat de la France insoumise, ovationné par les étudiants, a déroulé mercredi soir son programme radical, en rupture avec la doctrine libérale souvent associée aux écoles de commerce.

Est-ce la figure médiatique, qui a vivifié le débat de lundi sur TF1, ou l’homme de gauche radicale que les étudiants de l’Essec sont venus applaudir mercredi soir ? Jean-Luc Mélenchon, a été accueilli dans une ambiance enfiévrée, à l’école de commerce de Cergy-Pontoise. Le candidat de la France insoumise est entré sous les applaudissements dans l’amphithéâtre bondé de 1.200 places. Une partie du public a même dû se faire une place par terre. Face à l’enthousiasme, Jean-Luc Mélenchon a plaisanté: «Je suis venu à l’ESSEC par autodérision et par humour», avant de se dédire, une fois en place dans le gros fauteuil rouge: «Je suis venu (…) car je pense que nous pouvons partager un diagnostic commun».

Le candidat à la présidentielle est venu parler de son livre paru mercredi «De la vertu», une réflexion sur l’éthique en politique qui s’en prend à «l’argent roi». Dans cet entretien avec la journaliste Cécile Amar, Jean-Luc Mélenchon définit la vertu comme «une exigence qui s’impose quelle que soit la morale dont on se réclame». C’est «un principe d’action gouvernant la vie en société (…) c’est donc la passerelle entre ce qui est bon pour tous et ce qui est bon pour soi».

«Le capitalisme financiarisé est intrinsèquement immoral et mauvais»

Durant près de trois heures, le candidat a choisi d’exposer ses idées devant un parterre qui ne lui était a priori pas acquis. «Venir à l’Essec, pour moi, c’est un défi», qu’il a donc relevé sans infléchir son discours: «le capitalisme financiarisé est intrinsèquement immoral et mauvais (…) il prône l’accumulation sans limite des richesses (…) et détruit la planète». Il a ensuite développé les grandes lignes de son programme: la sortie de l’OTAN «car c’est dangereux pour nous», la possible révocation des élus, le tirage au sort d’une partie des élus, le non-paiement de la dette…

Un décalage avec l’assemblée que Jean-Luc Mélenchon a assumé : «Nous ne devons pas rêver d’une société où tout le monde est d’accord mais une société où les désaccords s’expriment.» Un étudiant a d’ailleurs tweeté: «Merci à Jean-Luc Mélenchon de venir ici, à l’Essec, temple du capitalisme comme vous l’avez souligné, prôner le vivre ensemble #lesmardis». La conférence avait pour intitulé: «(Insou)mission impossible».

Madeleine Meteyer
Article tiré du Figaro . le 23 mars 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s