Presidentielle 2017 – Quelque chose est en train de changer

A deux semaines du premier tour, tout reste ouvert. Lors de son meeting marseillais, Jean-Luc Mélenchon a pu mesurer le souffle de sa dynamique. François Fillon tente de galvaniser la droite et Marine Le Pen commet une faute ignoble sur la rafle du Vel d’Hiv.

Rien ne semble se «cristalliser» dans les intentions de vote à deux semaines du premier tour de la présidentielle, le 23 avril, et une large partie de l’électorat -30% environ- n’a pas encore arrêté son choix. Il n’empêche que les rapports de forces se dessinent au travers des enquêtes d’opinion qui, si elles ne sont en rien prédictives et sont soumises à des marges d’erreurs, témoignent des dynamiques des uns et des tassements des autres. Une chose est certaine : tout est possible et ces quelques jours seront décisifs.

Sur la dynamique, un candidat se détache : Jean-Luc Mélenchon. S’il portait hier à la boutonnière un rameau d’olivier, symbole de la paix dont il veut être le candidat, il n’entend pas céder un pouce de terrain à ses adversaires. Prenant acte de l’«enthousiasme nouveau» autour de sa campagne, il se réjouit qu’un autre choix soit désormais possible, les Français n’étant pas contraints de choisir dans le mauvais plat qu’on leur propose à savoir «deux extrêmes»: «l’extrême droite» de Marine Le Pen «condamnant notre grand peuple à se haïr entre lui-même» et «l’extrême marché» de François Fillon et d’Emmanuel Macron, «sorte de magie noire qui transforme la souffrance, la misère, l’abandon en or et argent», a résumé le candidat sur les rives du Vieux-Port à Marseille.

Pour la première fois, une enquête le crédite de 18% des intentions de vote, le plaçant devant le candidat de la droite, François Fillon (stable à 17%). Ce sondage KANTAR Sofres-Onepoint, réalisé pour LCI, RTL et Le Figaro, place toujours en tête Macron et Le Pen (24%) mais ces deux candidats subissent une baisse de deux points. Le candidat socialiste, Benoît Hamon baisse pour sa part de trois points et passe sous la barre des 10% avec 9% d’intentions de vote. Mélenchon enregistre lui la plus forte hausse, de six points, par rapport à la précédente enquête.

Cette dynamique, si elle s’amplifie, ouvre un nouvel espoir et pourrait convaincre notamment les abstentionnistes de prendre le chemin des urnes.

A droite, François Fillon a tenté dimanche de galvaniser ses troupes. «Je ne vous demande pas de m’aimer mais de me soutenir», a-t-il lancé au 25.000 personnes venues l’entendre Porte de Versailles à Paris. Sur le fond, son programme ne bouge pas d’un iota. « Il faut libérer notre Etat de sa dette publique et il faut libérer notre économie de ses charges et de ses normes», a affirmé celui qui veut supprimer 500 000 postes de fonctionnaires et les 35 heures.

Le Pen, héritière du fascisme français

Quant à Emmanuel Macron il a annoncé dans les colonnes du JDD vouloir agir par ordonnances pour détricoter un peu plus le code du travail.

Mais la ligne jaune a été définitivement franchie ce dimanche par la candidate de l’extrême droite qui a tombé le masque de sa pseudo-respectabilité. Invitée au «Grand Jury» RTL-LCI-Le Figaro, la présidente du FN a juge que «la France n’est pas responsable de la rafle du Vel d’Hiv» regrettant que l’on apprenne aux enfants de ne voir de la France «que les aspects historiques les plus sombres». Des propos négationnistes qui rappellent ceux du fondateur du FN, Le Pen père. Une chose ne change pas : l’ignominie des héritiers du fascisme français.

Photo de garde : La Marseillaise
Article tiré de la Marseillaise  le 10 avril 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s