Dépenses publiques – Qui veut gagner des milliards ?

«Libé» a épluché les chiffrages des principaux candidats à la présidentielle, afin de comparer les économies qu’ils (et elle) comptent réaliser pour financer leurs nouvelles mesures.

Il n’est pas rare qu’une fois élu, le candidat victorieux à l’élection présidentielle voit son programme perdre quelques plumes dans sa confrontation au réel. Notamment concernant ses promesses d’économies permettant de dégager des excédents budgétaires afin de financer les nouvelles mesures. En 2012, le candidat Hollande promettait ainsi d’économiser 29 milliards d’euros en revenant sur les «cadeaux fiscaux et les multiples « niches fiscales »». Il a finalement laissé leur montant augmenter au cours du quinquennat, de 70,9 milliards d’euros à son arrivée à l’Elysée à 86 milliards en 2016.

Parmi les participants à l’édition 2017, six (Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon) ont fourni un chiffrage de leur projet, et proposent un train d’économies et de nouvelles recettes pour atteindre, sinon l’équilibre budgétaire, au moins un déficit soutenable à l’échelle du quinquennat. Nous avons ausculté ces coupes, plus ou moins ambitieuses et crédibles.

Entre 36 et 120 milliards d’euros d’économies

Au premier coup d’œil, la structure des économies proposées est révélatrice des positionnements politiques. La faiblesse de celles envisagées par le candidat socialiste – 36 milliards d’euros (en année terminale, c’est-à-dire au terme d’une montée en puissance tout le long du quinquennat : tous les montants évoqués dans cet article le sont en année terminale) – est par exemple assumée par son équipe, qui a longtemps indiqué qu’elle ferait passer le contrôle des déficits après la relance de l’économie. Avant de modérer ce discours au cours des dernières semaines. De l’autre côté du spectre budgétaire, on trouve sans surprise l’austère (en apparence du moins) François Fillon, dont le programme annonce 100 milliards d’économies, et dont l’équipe en prévoit même davantage, entre 110 et 120 milliards.

Moins attendu, Nicolas Dupont-Aignan mène la course en tête avec 120,7 milliards d’économies, largement appuyées sur la lutte contre la fraude fiscale (30 milliards) et sociale (10 milliards). Des postes budgétaires dans lesquels les promesses sont plus qu’ailleurs sujettes à caution.

Parmi les autres candidats, Mélenchon n’est pas en reste : il veut économiser pas moins de 102 milliards avec seulement cinq postes d’économies, mais à très fort rendement : 38 milliards sur les niches fiscales, 21 milliards en supprimant le CICE, etc. Le Pen propose un montant presque équivalent (97 milliards) ventilé sur 11 postes différents (notamment 5 dans la santé). Macron, enfin, reste le plus flou : seuls 47,37 milliards sont chiffrés sur les 60 annoncés.

L’analyse plus en détail des économies permet d’identifier trois grandes catégories : sur la dépense publique, dans le domaine de la santé et en matière fiscale.

Assainir encore les dépenses publiques

Malgré un quinquennat plutôt vertueux en matière budgétaire (François Hollande est parvenu à réduire à la fois le budget de l’Etat, le déficit de la Sécurité sociale, et au final le déficit public), tous les candidats sauf Mélenchon estiment que l’Etat et les collectivités territoriales, entre autres, doivent réaliser des économies supplémentaires.

Par ce biais, François Fillon compte par exemple économiser entre 65 et 70 milliards sur les 100 milliards d’économies qu’il veut réaliser au total. C’est l’objet, notamment, d’une des mesures qui a été la plus commentée après sa victoire inattendue lors de la primaire de la droite et du centre : la suppression de 500 000 emplois publics sur cinq ans. Mais cette mesure ne représente «que» 20 milliards d’économies sur les 65 à 70 prévus. Pour le reste, le candidat Les Républicains (LR) compte faire porter un effort de 35 milliards sur le budget de fonctionnement de l’Etat («par la suppression des emplois aidés ou la refonte de la politique du logement notamment», explique Serge Grouard, député et conseil de François Fillon en matière économique), et 10 à 15 milliards sur celui des collectivités territoriales, en jouant sur les dotations de l’Etat.

Macron vise 120 000 suppressions de postes (50 000 auprès de l’Etat et 70 000 dans les collectivités territoriales), pour au moins 3 milliards d’euros, et «numériser» les institutions pour un gain de 5 à 10 milliards. Côté collectivité territoriales, le candidat d’En marche est raccord avec Fillon : elles devront contenir l’augmentation de leurs dépenses de 2 milliards tous les ans, soit 10 milliards en année terminale.

Dupont-Aignan, lui, affirme qu’il «redéploiera» 150 000 fonctionnaires pour économiser l’équivalent de 7,5 milliards. Il souhaite aussi «réaliser des gains de productivité dans l’administration» pour 2 milliards.

Enfin, en vrac : le Front national demande la suppression des régions et des intercommunalités (10 milliards) et Benoît Hamon, en créant une centrale publique d’achat, veut économiser 5 milliards.

Régler le problème de la Sécu

Sur la question de la Sécurité sociale, François Fillon avait aussi mis le feu aux poudres en annonçant dans un premier temps vouloir dérembourser les petits risques, avant de rétropédaler. N’empêche, son programme est toujours celui qui prévoit le plus d’économies dans ce domaine : pour redresser (encore plus que François Hollande) les comptes de la Sécurité sociale, Fillon envisage un cocktail d’économies à hauteur de 20 milliards côté assurance maladie, 20 milliards côté retraites en faisant progressivement passer l’âge de départ à 65 ans (ce qui pourrait entrer en conflit avec son objectif de suppression de 500 000 emplois publics) et 5 à 10 milliards sur l’assurance chômage. Soit quelque 45 à 50 milliards d’économies pour la Sécu en année terminale.

Emmanuel Macron est moins gourmand : il estime aussi que la baisse du chômage (avec ce qu’elle a toujours d’hypothétique), lui permettra d’économiser 10 milliards. Il veut aussi favoriser la vente des médicaments à l’unité, pour 700 millions d’euros. C’est une mesure en commun avec Marine Le Pen qui, ambitieuse, compte récupérer 2 milliards par le même moyen. La candidate du FN fait de la santé une de ses priorités, en matière d’économies. Elle pousse pour la généralisation des médicaments génériques (3 milliards) et pour l’amélioration de l’observance (le fait que les patients respectent leur traitement, soit 9 milliards d’économie selon Le Pen, qui s’appuie sur un rapport corédigé par un lobby pharmaceutique). Le Pen veut enfin amorcer le «virage ambulatoire» (le fait de limiter les hospitalisations inutiles en adaptant les soins, prodigués à domicile ou dans des maisons de santé).

Dupont-Aignan envisage une mesure similaire et propose de cibler les hospitalisations inutiles de personnes âgées (2 milliards). Il veut également mieux contrôler le marché du médicament, en modérant les prix et en favorisant les génériques. Benoît Hamon, quant à lui, compte sur ses mesures environnementales et sociales pour réduire l’impact de la pollution et du travail sur le coût de la santé, entre autres (10 milliards).

Seul Mélenchon veut raboter les niches fiscales

Les candidats comptent enfin financer leurs projets, dans une proportion non négligeable, au moyen d’économies sur la fiscalité. La lutte contre les fraudes fiscales et sociales est en effet le thème qui fait le plus l’unanimité parmi les candidats. Seuls Fillon et Macron ne comptent pas sur ces leviers à l’efficacité pour le moins hypothétique (le ministre du Budget, Christian Eckert, expliquait ainsi : «Pour certains, mettre fin à la fraude fiscale ne serait qu’une affaire de volonté politique et comblerait le déficit public annuel qui, lui, parfaitement connu se chiffre autour de 70 milliards d’euros fin 2016. Cette affirmation est à nuancer fortement»). Le Pen veut en tirer 23 milliards, Mélenchon et Dupont-Aignan 30 chacun, et Hamon 11.

Les niches fiscales ne sont en revanche qu’au menu du candidat de la France insoumise (38 milliards). A moins qu’on ne considère le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, le fameux CICE, comme une niche fiscale, auquel cas Hamon (10 milliards) et Dupont-Aignan (20 milliards) veulent aussi s’y attaquer en plus de Mélenchon (qui y voit 20 milliards supplémentaires à récupérer, soit un total de 58 milliards).

Photo de garde : AFP – Patrick Kovarik
Valentin Graff
Article tiré de Libération  le 11 avril 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :