Les aides au développement en hausse, sauf pour les plus pauvres dont l’Afrique

Les aides au développement allouées aux pays pauvres ont augmenté de près de 9% en 2016, selon des chiffres que vient de publier l’OCDE. L’augmentation est liée à l’effort en direction des réfugiés. En revanche, le continent africain, où plusieurs pays affrontent une famine, accuse un recul au niveau de l’aide bilatérale de moins 0,5%.

Les sommes consacrées à l’aide aux réfugiés ont grimpé de 27,5% en 2016, passant de 12,1 milliards à 15,4 milliards de dollars, a précisé l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) dans un communiqué. Même en excluant cette catégorie, les aides publiques au développement (APD) s’affichent toujours en hausse, de 7,1%, et ont doublé depuis l’an 2000.

En revanche, « l’aide bilatérale pour le groupe des pays les moins développés a été de 24 milliards de dollars en 2016, en baisse de 3,9% » par rapport à 2015, note l’OCDE. « Il est inacceptable – une fois encore – que l’aide aux pays les plus pauvres soit en régression », a déploré le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, cité dans le communiqué.

L’Afrique a notamment été touchée par une baisse de l’aide bilatérale de 0,5%, à 24 milliards d’euros. Seuls six pays de l’OCDE – Allemagne, Danemark, Luxembourg, Norvège, Royaume-Uni et Suède – ont atteint en 2016 l’objectif fixé par les Nations unies de maintenir l’APD à un niveau égal ou supérieur à 0,7% de leur revenu national brut (RNB).

La France à la traîne pour l’aide aux réfugiés

L’aide publique au développement a connu une forte hausse (+36,1%) en Allemagne, ce pays ayant doublé son aide aux réfugiés en un an. En France, la croissance a été plus modeste (+4,6%), portée par davantage de prêts bilatéraux. Les principaux contributeurs sont les Etats-Unis (33,6 milliards de dollars), l’Allemagne (24,7 milliards), le Royaume-Uni (18 milliards), le Japon (10,4 milliards) et la France (9,5 milliards).

Pour l’aide aux réfugiés, l’Allemagne a accordé 6,2 milliards de dollars, bien davantage que les Etats-Unis (1,7 milliard) et l’Italie (1,7 milliard). La France y a pour sa part consacré 428 millions de dollars. « Il n’y a aucune raison valable pour expliquer ce retard de la France, surtout quand on se compare à nos voisins allemands », a réagi dans un communiqué Friederike Röder, directrice France de l’ONG One.

« Faire de l’aide au développement un outil de contrôle des flux migratoires, un outil de diplomatie économique ou un dispositif dicté par des logiques sécuritaires grève le fonctionnement de l’aide », a également regretté Elsa Pietrucci, dans une réaction de l’organisation Action contre la Faim. L’aide au développement de la France s’élevait à 0,5% de son PIB en 2010 contre 0,37% actuellement, rappelle ACF.

(Avec AFP)

Il y a un changement idéologique des bailleurs de fonds qui s’opère peu à peu sur le sens même de l’aide. Donc on constate de plus en plus que l’aide est dirigée vers les intérêts sécuritaires et migratoires des pays du Nord, au lieu d’être au service des besoins des pays les plus pauvres. Michael Siegel, chargé de plaidoyer à Oxfam
Photo AFP/Gwenn Dubourthoumieu
Article tiré de RFI . le 12 avril 2017
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s