PCF et France insoumise se rencontrent

Alors que la France insoumise et le PCF doivent se rencontrer aujourd’hui pour les législatives, les attaques ont été nombreuses hier contre le candidat de l’avenir en commun qui devrait s’exprimer aujourd’hui a annoncé son porte-parole.

Le secrétaire national du PCF Pierre Laurent a annoncé hier sur RFI « avoir un rendez-vous » aujourd’hui avec la France insoumise pour « discuter » des Législatives. Ayant longtemps plaidé pour l’importance de ces élections dans un contexte qui focalise sur la seule présidentielle, Pierre Laurent est remonté fortement au créneau depuis dimanche sur le sujet. « Le 7 mai, nous écarterons je l’espère Marine Le Pen mais ça ne peut pas être une fin en soi . Il faut se donner de la force et il faudra s’en donner dans les élections législatives ».

Un point de vue partagé par David Cormand, patron de EELV, qui a affirmé hier sur LCP « si on veut vraiment combattre monsieur Macron pendant les cinq ans qui vont venir, il faudra bien qu’il y ait une minorité suffisamment forte pour empêcher monsieur Macron d’avoir les pleins pouvoirs à l’Assemblée ». « Je veux qu’on ait les moyens législatifs de résister ! » a-t-il également clamé après avoir loué la « force politique » de La France insoumise : « Ce sont eux qui sont leaders maintenant ». Autre discours cependant concernant les responsables de La France insoumise : « soit ils restent sur leur Aventin et ils seront en partie responsables d’une majorité absolue de M. Macron à l’Assemblée dans quelques semaines, ou alors ils acceptent de tendre la main à la hauteur de leur score et du nôtre pour résister à l’Assemblée nationale ».

Circonspect sur la possibilité d’un rassemblement – « ce n’est pas le chemin que cela prend », il s’est inquiété : « et les mêmes causes produiront les mêmes effets. On a déjà fait l’erreur à la présidentielle de ne pas réussir à se réunir. Est-ce qu’on va reproduire la même erreur aux législatives ? » Une attaque somme toute relativement soft contre la France insoumise en regard des propos de Yannick Jadot, candidat EELV à la présidentielle rallié ensuite à Benoît Hamon : « la France insoumise c’est soumets-toi et marche derrière nous. Il n’y a pas de négociations ». Mais c’est le secrétaire national du PS, Jean-Christophe Cambadélis, qui est allé le plus loin : « on a un changement de paradigme chez Jean-Luc Mélenchon. On est plus dans Syriza, on est plutôt dans Beppe Grillo ». Mais au-delà de son combat personnel avec l’ex-sénateur socialiste que fut 30 années durant le candidat de la France insoumise, son souci est évidemment l’avenir du PS qui se jouera beaucoup dans les législatives suite aux 6 % de la présidentielle.

Cambadélis annonce des nouvelles têtes, un nouveau projet

Après avoir enfin acté que Macron ne voulait pas de lui – « de coalition Emmanuel Macron a clairement dit qu’il n’en voulait pas (…) que son objectif était de casser le PS pour demain casser les Républicains » a-t-il notamment déclaré hier sur France inter – celui qui a apporté un soutien très relatif à Benoît Hamon a annoncé « une toute nouvelle logique du PS » pour les législatives. Il y aurait « de nouvelles têtes, un nouveau projet et une nouvelle organisation de campagne » avant de synthétiser : « un PS ouvert mais un PS clair ». S’il veut des jeunes, il trouve également légitime de réinvestir des députés élus depuis 30 ans.

De son côté, la France insoumise a multiplié les interventions pour déminer la polémique autour des prises de position pour le second tour. Pas besoin de consignes et pas de ni-ni sont répétés en boucle. La position : « pas une voix au FN », pour le reste, « celui qui ira voter Macron en se pinçant le nez n’est pas nécessairement un soutien au projet de Macron (…). Celui qui dit moi je ne peux pas voter, après avoir voté contre la loi El Khomri, pour un candidat qui est pour la loi El Khomri’, c’est aussi une position que je ne veux pas condamner » a ainsi répété Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon.

Ce dernier devrait d’ailleurs s’exprimer aujourd’hui sur sa chaine youtube a également annoncé Alexis Corbière. Une expression d’autant plus attendue que, en face, la charge est forte. Tandis que Challenges titre sur « l’autodestruction programmée de Mélenchon, idole de la droite identitaire », le Parisien a fait sa Une hier sur « Mélenchon, l’apprenti sorcier » qui « en refusant de dévoiler son choix laisse son électorat populaire à portée de Marine Le Pen ».

Photo de garde : AFP
Angélique Schaller
Article tiré de la Marseillaise le 28 avril 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s