Venezuela – Maduro appelle à une Constituante, l’opposition dénonce une fraude

L’annonce a fait l’effet d’un pavé dans la marre. Lundi, lors des manifestations officielles organisées dans le cadre du 1er-Mai, alors que le Venezuela est plongé dans une crise politique avec des manifestations presque quotidiennes depuis le début du mois d’avril, le président Nicolas Maduro a annoncé à la surprise générale la convocation d’une Assemblée constituante. Elle sera chargée de rédiger une nouvelle Constitution appelée à remplacer celle de 1999, mise en place sous la présidence de Hugo Chavez.

C’est une Assemblée constituante « populaire, citoyenne, ouvrière », une « Constituante du peuple » et non « des partis politiques » que souhaite mettre en place Nicolas Maduro. Dès cette annonce, à laquelle personne ne s’attendait, le président vénézuélien a signé le décret lançant le processus.

Pour certains juristes, cette proposition, et cette manière de faire, viole la Constitution. Selon eux, le président n’a pas le pouvoir de lancer une telle procédure. Il peut la proposer en Conseil des ministres, mais c’est à l’Assemblée nationale de donner son aval. Une Assemblée qui est actuellement dirigée par l’opposition et qui aurait nettement plus tendance à refuser cette initiative qu’à l’accepter. Qui plus est, en cas de validation par l’Assemblée, cette décision doit être soumise à la population par référendum.

Les juristes proches du pouvoir affirment eux que le président est dans son droit lorsqu’il lance lui-même la procédure. Nicolas Maduro souhaite créer une Assemblée constituante forte de 500 membres élus par divers secteurs de la société. Les minorités sexuelles ou les handicapés y auraient leurs représentants et les autres membres seraient « élus selon un système territorial avec un caractère municipal et local », a déclaré Nicolas Maduro. C’est tout l’inverse du système mis en place par Hugo Chavez pour la rédaction de la Constitution adoptée en 1999. A l’époque, les membres de cette Assemblée constituante avaient été élus au suffrage universel et direct, avant d’être approuvée par référendum.

Photo Reuters/Marco Bello
Article tiré de RFI . le 2 mai 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s