Non à la France de Le Pen

Emmanuel Macron représente ce que ce journal combat et continuera de combattre : l’idée que le progrès social est une charge insupportable, l’égalité entre les êtres humains une illusion, la loi de l’argent un ordre naturel.

Il transpire l’arrogance des puissants qui ont toujours raison contre le peuple et qui pense que tout change pour que rien ne change. Pour lui la mondialisation financière est un ordre indépassable. Eh bien non ! L’histoire montre que les peuples convaincus du contraire ne s’en laissent plus compter. Cela a failli être le cas au premier tour de cette présidentielle où une forte dynamique populaire autour de Jean-Luc Mélenchon aurait pu déjouer le piège qui nous est tendu.

Le 8 mai, nous continuerons notre combat

Car face à Macron, loin de l’imposture relayée par les médias dominants, Le Pen ne représente en aucun cas l’alternative sociale à l’homme de la finance. Elle est autant le porte-voix des politiques dévastatrices de l’humain et de la nature perpétrées par le capitalisme sauvage. Mais en plus n’oublions jamais que notre pays a payé de son sang l’extrême droite au pouvoir. La France de Le Pen c’est la préférence nationale, cette actualisation de la haine raciste et xénophobe, la tolérance zéro qui ne laisse aucune chance à nos jeunes, une France liberticide pour la démocratie, sexiste et obscurantiste pour les idées et la culture, fermée au monde sauf à Trump, Poutine ou Erdogan.

Nous ne voulons pas de cette France-là. Le 7 mai nous lui dirons non en utilisant malheureusement le seul bulletin à notre disposition pour le faire, celui de l’autre candidat. Ce handicap levé, le 8 mai, nous continuerons notre combat pour l’égalité, la liberté et la fraternité, pour faire reculer les idées de haine et les politiques antisociales qui les nourrissent. Pour cela le rassemblement de tous, dans le respect de la diversité qui caractérise la gauche française, sera indispensable pour affronter, dans un contexte difficile, les législatives et la reconstruction de l’espoir.

Alain Hayot, délégué national à la culture du PCF et conseiller régional à la Région PACA
Article tiré de la Marseillaise
 le 6 mai 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s