J. Luc Mélenchon – Une campagne spectaculaire à bas prix

Pour sa campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon n’a bénéficié d’aucun financement public. En gérant au plus juste son budget, il a pourtant mené des opérations innovantes, et percutantes. Extrait de « Pièces à conviction ».

Avec 3 millions d’euros de dons et 5 millions d’emprunt personnel, Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise, ne disposait que de la moitié du budget de campagne des candidats Macron, Hamon ou Fillon. Mais il a su, à moindre coût, mener tambour battant des opérations de communication innovantes. Et percutantes.

Un hologramme qui fait le buzz

Le 5 février 2017, le candidat à l’élection présidentielle est parvenu à être en meeting à la fois à Lyon et à Paris. En chair et en os devant 12 000 personnes à Lyon, il est apparu forme d’hologramme au même moment près de Paris. Un joli coup médiatique qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux, imaginé par son directeur de campagne Manuel Bompard, un mathématicien de 30 ans : « On a été ce soir les premiers en tendance Twitter mondiale pendant le meeting de Lyon. Cela va avoir un retentissement important », explique ce dernier. Cette innovation à 400 000 euros, réitérée ensuite dans six meetings simultanés, a représenté l’une des plus grosses dépenses de la campagne de Jean-Luc Mélenchon.

« On n’est pas comme Macron »

La France insoumise a joué l’économie sur de nombreux postes de dépenses. A Paris, le QG de campagne de Jean-Luc Mélenchon, de 250 mètres carrés, loué 8 000 euros par mois, ne comptait que 25 salariés, mais des centaines de bénévoles étaient sur le pont 24 heures sur 24. « Je fais de la politique depuis le début des années 2000 et je n’avais jamais vu ça. Sur un meeting comme Lyon, on avait 250 volontaires […]. Les gens ont envie », explique une militante à « Pièces à conviction ».

De même, les sympathisants de La France insoumise qui voulaient coller des affiches… devaient les acheter (12 euros les 100) et payer leurs déplacements en autocar pour se rendre dans les différents meetings. Il leur en a par exemple coûté de 22 à 60 euros pour venir assister au rassemblement place de la République, à Paris : « On ne vient pas gratuit, on n’est pas comme Macron », explique une militante. Et au lieu de louer une salle, s’installer sur une place parisienne pour un meeting, c’est malin, car c’est gratuit !

Extrait d’une enquête de « Pièces à conviction » diffusée le 10 mai 2017.

Article tiré de Franceinfo . le 11 mai 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s