Des associations interpellent Macron – « Monsieur le président, accueillez ! »

La Cimade, le Secours catholique et le Jesuit Refugee Service demandent au chef de l’Etat et à son gouvernement d’en finir avec les « politiques d’hostilité » menées contre les migrants et de mener des « politiques d’hospitalité ».

A l’occasion de la sortie du 358ème numéro de la Revue Projet, animé par le Centre de recherches et d’actions sociales (CERAS), les associations chrétiennes, actives dans le domaine de la solidarité avec les immigrés, se sont données rendez-vous, mardi 29 mai, au Centre d’entraide pour les demandeurs d’asile et les réfugiés (CEDRE) de Paris. La Cimade, le Secours catholique et le Jesuit Refugee Service y ont dénoncé l’inefficacité et les dérives des politiques répressives à l’égard des étrangers. Selon ces associations, les maigres avancées en matière d’hébergement et les déclarations de bonnes intentions ne suffisent pas. Pour elles, la « politique d’hospitalité » doit remplacer « la politique d’hostilité » mise en œuvre pendant les deux derniers quinquennats. « Nous portons, aujourd’hui, les mêmes attentes et déceptions qu’avant les élections présidentielles »,explique Geneviève Jacques, présidente de La Cimade.

Pour les trois associations, le plan gouvernemental, amorcé en 2012 et visant à créer 60 000 nouvelles places d’hébergements en Centre d’accueil des demandeurs d’asile (CADA) ou dans des dispositifs d’urgence, a été réalisé en catimini « par peur de l’extrême droite » et relève, selon Jean Merckaert, rédacteur en chef de la Revue Projet, du « bricolage ». De plus, les engagements pris par la France, en 2015, de relocaliser 24 000 demandeurs d’asile depuis l’Italie et la Grèce, ainsi que de réinstaller près de 10 000 réfugiés depuis le Proche-Orient, sont quasiment inopérants.« Concernant les mineurs isolés, on est également dans l’impasse »,complète Aurélie Radisson, du Secours catholique et adjointe de la direction du CEDRE, « sur le terrain, on constate que ces jeunes sont considérés comme des étrangers avant d’être vus comme des enfants. L’objectif du système est de les mettre à l’écart de tout dispositif d’accueil. »

S’appuyer sur l’élan de solidarité citoyen

Les responsables associatifs expriment quelques demandes précises en direction du nouveau président de la République. La première serait qu’il organise « un moratoire national » sur les accords de Dublin, en attendant que les pays membres de l’Union européenne parviennent à s’entendre. « Il n’y a aucune harmonisation en ce domaine », explique Geneviève Jacques, « des pays comme l’Allemagne et la Norvège acceptent, par exemple, de renvoyer des Afghans dans leur pays d’origine alors qu’en France, ils obtiennent le statut de réfugiés. » Un autre vœu exprimé par les associations est que le gouvernement s’appuie d’avantage sur l’élan de solidarité citoyen qui se déploie, de Calais à la vallée de la Roya, sur tout le territoire national et qui, trop souvent, est réprimé par les pouvoir publics.« Si Angela Merkel a pu mettre en place une politique d’accueil plus volontariste en Allemagne, ce n’est pas parce qu’elle misait sur un soutien des appareils politiques mais parce qu’elle pouvait compter sur la mobilisation citoyenne », argumente encore la présidente de la Cimade, « un réel soutien de la part du gouvernement aux actions de solidarité menées partout en France serait aussi un des meilleurs remparts contre la montée des idées de rejet et de haine portées par l’extrême droite et toute une partie de la classe politique. »

Dans la même logique, Les droits fondamentaux des étrangers concernant l’accès à la santé, l’hébergement ou la scolarité devraient, pour  les militants associatifs, sortir du giron du ministère de l’Intérieur. Laisser l’immigration et l’asile dans les prérogatives de la place Beauvau renvoie à une logique de suspicion à l’égard des étrangers. La nomination de Stéphane Fratacci comme directeur de cabinet du nouveau ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, n’augure rien de bon malheureusement. L’homme a déjà été secrétaire général du ministère de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale sous la présidence Sarkozy…

Emilien Urbach
Article tiré de l’Humanité  le 31 mai 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s