J. Luc Mélenchon vire en tête à Marseille

Le candidat à la présidentielle affrontera la candidate d’En Marche. Ailleurs, dans la ville, le mouvement présidentiel perce, étrille le PS et menace la droite.

« T’as des chiffres ? » Tout le monde posait la même question hier soir à son voisin, aux Docks des Sud où Jean-Luc Mélenchon avait installé son QG pour la soirée du premier tour de l’élection législative. Le ton a d’abord été anxieux puis, au fur et à mesure, de l’arrivée des fameux chiffres, beaucoup plus relaxé.  « Il n’est pas loin en pourcentages de son score à la présidentielle », livre un de ses proches. Il avait réalisé dans cette 4e circonscription plus de 39%. Son équipe de campagne avait placé le plancher à 30% et le « plafond » à 35%.

Alors que les SMS arrivaient sur les portables, le candidat montait sur scène pour livrer sa déclaration sur la situation nationale. Evoquant une « situation politique instable et en trompe l’œil », le leader de la France insoumise considérait qu’il n’a pas « de majorité dans ce pays pour détruire le Code du travail, menacer les libertés publiques… » Il a lancé un appel aux milieux populaires et à la jeunesse : « considérez avec attention durant la semaine votre responsabilité personnelle. Ne donnez pas les pleins pouvoirs au parti du président. »

Mennucci reconnaît sa défaite

Les téléphones chauffaient de nouveau et l’ordre d’arrivée se confirmait : Mélenchon en tête autour de 32-33% devant Corinne Versini (En Marche) autour de 26-27%. Le député PS sortant, Patrick Mennucci, reconnaissait sa défaite assez tôt dans la soirée. « C’est un bon résultat vu le résultat national, mais il faut faire attention au second tour », commentait à chaud un militant. Certains redoutaient que le « dégagisme », thème dominant de cette séquence électorale, ne puisse atteindre Jean-Luc Mélenchon lui-même. « Il y a de la réserve, se rassurait un autre militant. Je connais pas mal d’électeurs assez mécontents de son attitude depuis la présidentielle, qui ont boudé les urnes aujourd’hui mais qui se mobiliseront dimanche prochain pour assurer son élection. »

Dans les autres circonscriptions marseillaises, le paysage tardait à se dessiner. Dans les quartiers nord, la jeune candidate de la France insoumise, Sarah Soilihi, doctorante et championne du monde de kickboxing (voir l’Humanité du 7 juin), défiait le sénateur et maire d’arrondissement FN, Stéphane Ravier. A l’heure où ces lignes étaient écrites, elle se trouvait au coude à coude avec la candidate d’En Marche pour se qualifier pour le second tour.

Photo de garde : AFP – Boris Horvat
Christophe Deroubaix
Article tiré de l’Humanité  le 11 juin 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s