Législatives – Une certaine idée de la société civile En Marche

Les 16 candidats investis par En Marche, le mouvement d’Emmanuel Macron, seront présents au second tour dans les Bouches-du-Rhône. Parmi eux, certains se revendiquent de la « société civile », un argument de campagne. Un label citoyen mais version CSP plus.

La définition que donnent le chef de l’État et ses soutiens est suffisamment large pour finir par se vider de son sens : serait issue de la « société civile » toute personne n’ayant jamais exercé de mandat électoral. En parcourant la page internet de la section Bouches-du-Rhône du mouvement, on trouve pourtant la mention « société civile » dans la biographie de Pascal Chamassian (1ère circonscription), qui a exercé un mandat de conseiller municipal entre 2008 et 2014. Plus encore, en analysant les profils des candidats LREM présents au second tour, on parvient à dessiner les contours de cet ensemble bien commode qu’est le simple citoyen.

La société des entreprises

L’idée du chef de l’État est de faire incarner à ces individus le renouvellement de la politique qu’il prône tant. Une forme de contestation des élites. Sauf que ces candidats font justement partie des élites. Tous ou presque sont issus du monde de l’entreprise, ce qui est mis en avant comme un gage à la fois de compétence et de réalisme. Les candidats semblent avoir été sélectionnés sur CV plutôt que pour leurs convictions politiques. Corinne Versini (4e circo) est une chef d’entreprise diplômée de HEC passée par les multinationales IBM et ST Micro.

Quinze des candidats ont un diplôme de l’enseignement supérieur, ce qui est le cas de moins de 30% de la population du département. Ces candidats, s’ils n’appartiennent pas à l’élite politique, appartiennent donc à une élite économique et sociale qui ne reflète pas la société qu’ils entendent représenter. Chez Hegel, la « société civile » désigne la sphère où s’expriment les intérêts particuliers. Étonnant pour des candidats briguant un mandat national et censés représenter l’intérêt général. Sauf à supposer que ce soient bien les intérêts particuliers que visent ces candidats, ceux des classes les plus privilégiées.

Thomas Grosperrin
Article tiré de la Marseillaise  le 15 juin 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s