Il y a aura une gauche de combat face aux ordonnances Macron à l’Assemblée

Abstention record, raz-de-marée d’En Marche, néanmoins la gauche d’opposition aux projets d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe, son premier ministre, pourra donner de la voix au sein de l’Assemblée nationale. Le PCF et la France Insoumise devraient cumuler 26 sièges de députés auxquels s’ajoutent d’autres personnalités pour défendre les valeurs d’une gauche de transformation sociale. 

Dix candidats et candidates communistes sont élu-es

Alain Bruneel (PCF) devient député du Nord, à la suite de Jean-Jacques Candelier. Dans le Douaisis, il devance la candidate du Front national, Hortense de Mereuil, qui avait pourtant près de 10 points d’avance après le premier tour. Le maire de Lewarde et ancien syndicaliste cheminot était jusqu’alors le suppléant du député sortant, Jean-Jacques Candelier.

Dans la 20e circonscription du Nord (Amandinois), Fabien Roussel, secrétaire départemental de la Fédération PCF du Nord succède à Alain Bocquet.  Il devance le FN au second tour après l’avoir devancé d’une courte tête au premier.  Alain Bocquet était député de cette circonscription, historiquement communiste,  comprenant Saint Amand les eaux, dont il est maire depuis 1978. Il était candidat suppléant de Fabien Roussel.

En Seine maritime, Jean-Paul Lecoq (PCF), maire de Gonfreville l’orcher retrouve le siège de député qu’il avait occupé entre 2007-2012e perdu au profit du PS. Dans cette circonscription comprenant un parti du Havre, le communiste (62.70%) devance largement son adversaire de la « République en marche », Béatrice Delamotte, qui accusait 3 points de retard au soir du premier tour.

Sébastien Jumel devient lui-aussi député de Seine-Maritime. Avec 52.27% des voix, le maire de Dieppe devance son adversaire de la « République En Marche », Philippe Dufour d’une courte tête. Cette circonscription très à droite où le FN était arrivé en tête, le candidat communiste réalise une performance remarquable grâce notamment aux 61% réalisés à Dieppe.

Toujours en Seine-Maritime, mais cette fois dans la 3e circonscription, Hubert Wulfranc l’emporte. Le maire de Saint-Etienne du Rouvray, dont l’attitude avait été salué après le meurtre d’un couple de policiers. Il n’y avait pas eu de député communiste depuis 1981 dans cette circonscription détenue à l’époque par Roland Leroy.

Dans les Bouches du Rhône, la 13e circonscription qui comprend notamment Martigues et Port de Bouc voit la victoire avec 62,41% des voix de Pierre Dharréville, qui réussit ainsi à succéder a Gaby Charroux. La candidate de la République en marche, Magali Sirerols, n’a pas réussi à convaincre là où le vote populaire était décisif.

Dans l’Allier, les électeurs de la 1ère circonscription ont élu Jean-Paul Dufrègne à 51,85% des voix. L’ancien président du conseil départemental était pourtant en ballotage défavorable à l’issue du premier tour avec près de 7 points (22,66%) de retard sur sa concurrente REM, Pauline Rivière (29.04). Le communiste a fortement rassemblé au second tour.

Le député sortant, André Chassaigne l’emporte dans le 5e circonscription du Puy-de Dôme dont il est le député depuis 2002. Celui qui était le président du groupe où siégeaient les députés Front de gauche devance largement (63,55%) son adversaire de la République en marche, Sébastien Gardette dans cette circonscription rurale.

En Ile de France, deux femmes présentées par le PCF,  Marie-George Buffet (32,8%) députée sortante de Seine-Saint-Denis, et Elsa Faucillon, enseignante de  31 ans, l’emportent. Elsa Faucillon devient en effet députée de la première circonscription des Hauts-de-Seine qui comprend notamment Gennevilliers et Colombes. Elle avait été conquise en 2012 par le Parti socialiste grâce à la vague rose. La candidate communiste (18%) accusait pourtant un retard de 13 points sur  REM après le premier tour et réalise un spectaculaire renversement.

Les communistes passent de sept à dix élus. « On nous annonçait mort mais le groupe #PCF est le seul groupe parlementaire à progresser » lançait Pierre Laurent, secrétaire national aux environ de 21h30 sur Twitter.

La France insoumise totaliserait 16 députés (premiers résultats)

En ballottage favorable dans la quatrième circonscription de Marseille (Bouches-du-Rhône), Jean-Luc Mélenchon l’emporte. « Je suis élu dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône », a  t-il déclaré sur Twitter. « Je remercie #Marseille de m’avoir dit : « oui ». »  Le candidat à la présidentielle de La France insoumise affrontait la candidate de La République en Marche Corinne Versini. Le député sortant Patrick Mennucci (12,4% des voix au premier tour) n’avait donné aucune consigne de vote.

Dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière, porte-parole du mouvement insoumis l’emporte également. Il a a bénéficié d’un bon report de voix face à la candidate LREM, Halima Menhoudj.

Caroline Fiat est élue en Meurthe-et-Moselle, dans la 6ème circonscription. Membre d’Ensemble, elle se présentait avec l’étiquette France Insoumise et  l’emporte face à Cédric Marsolle (Front national) avec  17 772 voix (61,36%) des voix. Elle a bénéficié d’un bon report de voix. Au premier tour, elle avait obtenu 5821 voix (15,94%). À noter la progression du FN entre les deux tours : il passe de 7275 voix au premier tour à 11 192 au second.

En Ariège, dans le 2e circonscription est élu avec 50,56%, Michel Larive. Le candidat de la France Insoumise a su profiter des reports de voix notamment celles du candidat PS, alors qu’au premier tour la candidate de la REM Huguette Bertrand-Vinzerich était arrivée en tête avec 25,72% contre 18,83% pour le candidat de la FI.

Dans le Nord, Hugo Bernalicis, le candidat de la France insoumise dans la 2e circonscription,  27 ans  remporte un siège de député avec 64,15%. La candidate d’En Marche, Houmria Berrada, est éliminée (35,85%). « Avec une majorité large pour en Marche, il faudra mettre la pression, dans la rue, sur le gouvernement », a-t-il confié sur France bleu Nord. Victoire nordiste aussi pour Adrien Quattenens à Lille.

D’autres candidats, d’autres victoires pour une politique de gauche

Dans la 1ère circonscription de la Somme, le rédacteur en chef de Fakir, François Ruffin, qui avait le soutien dès le premier tour du PCF, de la FI, d’Ensemble et d’EELV, l’emporte au second tour avec 19 329 voix (55,97 %) contre le candidat de la République en marche, le maire d’Abbeville Nicolas Dumont (15 205 voix, 44,03%). François Ruffin était arrivé deuxième lors du premier tour avec 9 545 voix (24,32%).

Autre victoire à relever, celle d’Huguette Bello, réélue à La Réunion, dans la 2ème circonscription. L’ancienne maire de Saint-Paul exercera un cinquième mandat. Avec 73,59% et 24562 voix au second, la députée du groupe Gauche démocratique et républicaine l’emporte le premier tour contre Cyrille Melchior (Les Républicains). Elle avait obtenu 57,08% des suffrages au premier tour.

Article tiré de l’Humanité  le 18 juin 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s