La machine Macron en marche sur fond de grave crise démocratique

Les appels à ne pas laisser l’Assemblée sans opposition auraient toutefois partiellement été entendus.

Les deux données majeures qui ressortent du second tour des législatives sont l’ampleur de l’abstention et la victoire attendue de La république en marche, un peu moins forte que ce qu’annonçaient les projections de la semaine mais néanmoins écrasante avec 350 à 380 députés sur 527. 42% des électeurs sont allés aux urnes, soit près de six points de moins qu’au premier tour. Sans doute nombre d’entre eux ont pu penser que les jeux étaient faits et qu’ils n’avaient plus à se déplacer. Mais c’est le signe fort et inquiétant d’une grave crise de la démocratie et de la représentation politique. On l’a souligné dès le premier tour.

Le score de LREM, représente moins de 15% du total des électeurs inscrits. On voit immédiatement l’énorme décalage entre le nombre de ses députés hier et la réalité de son influence dans le pays. Les électeurs ont peut-être laissé faire, mais ce ne peut être en aucune manière un blanc seing, et sa légitimité pose de fait question. Sans doute faudra t-il analyser en profondeur cette crise de la démocratie. Elle est sans doute liée pour partie au mode de scrutin lui-même, faisant de l’élection présidentielle le scrutin qui écrase tous les autres et dont les législatives dépendent en premier lieu. En d’autres termes et pour le dire un peu rapidement, on vote pour un monarque républicain et on attend la suite. C’est dire aussi à quel point le rôle du Parlement est affaibli aujourd’hui dans la conscience politique. Certains évoqueront de ce point de vue les dissensions au sein de la majorité de l’ancien quinquennat, mais on peut aussi penser que l’usage du 49.3 à plusieurs reprises n’est pas pour rien dans cette dévalorisation du parlement.

Même chose sans doute pour les ordonnances annoncées qui, quoi que l’on en dise viennent minimiser le rôle des députés. Au total, le système institutionnel étale aujourd’hui ses insuffisances et son injustice au grand jour. Rappelons simplement que le premier tour de la présidentielle avait dégagé quatre blocs politiques d’importance similaire. L’Assemblée élue en est à des années lumière. Un débat sur le scrutin proportionnel doit pouvoir s’ouvrir et la perspective d’une sixième république ne saurait être invalidée par cette séquence électorale.

Le PCF et la FI auraient entre 20 et 30 élus

Une troisième donnée se dégage à ce qu’il semble du scrutin. Si l’abstention a été ce que l’on vient de dire, il semble cependant que les appels à ne pas laisser l’Assemblée sans opposition ont été partiellement entendus même si leur effet sur les résultats reste relatif. La droite aurait autour de cent députés, le PS avec le PRG autour d’une trentaine, la France insoumise et le PCF, sous réserve de confirmation pourrait passer les vingt. Notons au passage l’élection de Jean-Luc Mélenchon (FI) et pour le PCF d’André Chassaigne, Pierre Dharéville, Fabien Roussel, ou encore soutenu par plusieurs formations, celle de François Ruffin. Le Front national obtiendrait quatre à six sièges dont celui d’Hénin-Beaumont avec Marine le Pen.

Crise des partis politiques

Reste que la période qui s’ouvre sera aussi marquée, en plus de la crise démocratique, par une crise des partis eux-mêmes.  Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis a pris acte hier d’une fin de séquence sans appel pour son parti en annonçant son retrait. Le Front national est également en recherche de sa ligne. Du côté du PCF et de la France insoumise on peut espérer que les tensions de la dernière période seront estompées au profit d’une recherche d’actions communes, aussi bien à l’Assemblée, où les deux forces devraient pouvoir constituer un groupe, que pour reconstruire dans l’opinion et auprès de toutes celles et ceux quoi vont être durement secoués par la loi travail et son éparpillement du code du travail façon puzzle, une claire conscience des luttes à mener et des perspectives à ouvrir.

Maurice Ulrich
Article tiré de l’Humanité  le 18 juin 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s