J. Luc Mélenchon au sommet du volcan

4e circonscription. Confortablement élu, le chef de file de la France insoumise va être scruté localement mais aussi sur sa capacité à faire vivre son mouvement.

Il n’avait pas encore goûté au palais Bourbon. Après avoir été sénateur, ministre, conseiller général, municipal, et actuellement euro-député, voilà donc Jean-Luc Mélenchon député. Le leader de la France insoumise (FI) a été confortablement élu, dimanche soir, dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, devançant de près de vingt points (59,85%), la candidate La République en Marche, Corinne Versini (40,15%). Une victoire incontestable qui sonne presque comme une revanche après la présidentielle d’avril dernier. Cinq ans après s’être brûlé les ailes aux législatives dans le Pas-de-Calais, échouant dans sa tentative du front contre front face à l’extrême droite, Jean-Luc Mélenchon réussit donc son implantation à Marseille, dans un secteur, plus prudent, déjà bien ancré à gauche.

Après les deux intenses batailles politiques de la présidentielle et des législatives, le plus dur commence. Le natif de Tanger a un double défi à relever : rester attentif à sa circonscription marseillaise, et ce même s’il a toujours clamé mener un combat national, tout en continuant à garder sa stature de chef de file et pérenniser son mouvement de la France insoumise, qui enregistre avec ces législatives ses tous premiers élus.

« La suite, on va la construire tous ensemble », confiait dimanche soir, euphorique, sa suppléante, Sophie Camard. A l’Assemblée donc, avec presque 20 députés FI - auxquels s’ajouteront peut-être les 11 du PCF -, mais aussi à Marseille. « Quelque chose s’est mis en mouvement mais nous ne commettrons pas l’erreur de nous mettre dans la tambouille municipale », prévenait Jean-Luc Mélenchon, peu de temps après avoir annoncé sa victoire. Contrairement aux battus, il ne pense pas - encore - aux prochaines échéances électorales mais « à la lutte sociale qui arrive, baïonnettes et canons pour défendre le droit du travail » et pour laquelle « nous devons refabriquer un réseau citoyen radicalement politique », en rompant avec les réseaux clientélistes.

Des exemples locaux pour une cause nationale

Éducation, santé, travail seront les priorités de l’ex-ministre de l’enseignement professionnel sous Lionel Jospin. Il sait qu’il pourra puiser à Marseille des exemples pour illustrer son propos au sein du palais Bourbon. Une ville « cratère », comme il l’a qualifiée au cours de son meeting d’entre-deux-tours, jeudi dernier, car elle est la « combinaison entre le mouvement social et l’écroulement de la structure politique traditionnelle », précisait-il dans nos colonnes ce week-end.

En attendant l’éruption, Jean-Luc Mélenchon fera irruption dans l’hémicycle mercredi. Il devrait être de retour à Marseille en fin de semaine. « L’idée est qu’il s’installe ici, il faut lui laisser un peu de temps pour trouver un pied-à-terre et prendre ses marques », nous indique son entourage. Le bouillonnant volcan marseillais ne lui laissera guère de répit.

Photo de garde : AFP
Florent De Corbier
Article tiré de la Marseillaise le 20 juin 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s