Premières mobilisations post Assemblée et anti-Macron

35 manifestations ont eu lieu lundi en France, au lendemain des élections législatives, à l’appel du Front social, rassemblant des milliers de syndicalistes, militants associatifs et politiques contre les ordonnances prévues par Emmanuel Macron et la « destruction sociale » du pays.

« Ce soir est le premier épisode d’une occupation des lieux. C’est très important d’être là dès les premiers jours qui suivent les élections législatives. La situation de ce rassemblement est très symbolique : l’Assemblée nationale d’un côté, et l’Automobile club de l’autre où se rencontrent les oligarques qui décident et les lobbyistes qui font valoir leurs intérêts. » Comme la sociologue Monique Pinçon-Charlot, beaucoup ce lundi soir, lendemain de vote, n’estime pas légitime la majorité parlementaire obtenue par la République en marche à l’Assemblée avec un taux d’abstention record de 57 %. Et ils sont venus le crier place de la Concorde à Paris et dans trente-quatre autres villes (Nantes, Lyon, Strasbourg, Toulouse, Le Havre, Bordeaux, Lille…)

« Plus de 27 millions d’inscrits ne sont pas aller voter, rappelle Mickael Wamen l’ex-délégué CGT de Goodyear à Amiens, figure de proue de ce Front social appelant au rassemblement. Ils ne se reconnaissent pas dans une démocratie où les politiques ne respectent pas leurs engagements comme nous l’a montré François Hollande. Nous avons besoin de gagner dans la rue en créant un outil, une courroie de transmission pour se faire entendre. » Le Front social veut représenter cet outil en agrégeant pour l’instant des syndicats (Sud PTT, CGT info’com, Sud santé sociaux…) peu suivis par leurs confédérations, même si Solidaires à l’issue de son congrès en Bretagne la semaine dernière, appelait dans sa motion générale à manifester dès le 19 juin avec le front social, tout en poussant à de nouvelles initiatives « dans le cadre le plus unitaire possible », à l’image de l’intersyndicale opposée en 2016 à la loi Travail.

 

A la tribune, un camion sono en lieu et place de la grande roue qui accueille d’habitude les touristes place de la Concorde, les syndicalistes en lutte ou discriminés décryptent le projet délétère de la loi travail XXL en préparation que veut imposer par ordonnances Emmanuel Macron. Mais les revendications sont plus larges : l’intention annoncée d’inscrire l’Etat d’urgence dans le droit commun épouvantent les militants dont nombreux ont vu leurs actions revendicatives interdites sous couvert de ces lois abusives. Les interdictions préventives de manifester ont d’ailleurs été condamnées le 9 juin par le Conseil constitutionnel. Sur 683 personnes, 574 en avaient fait les frais pendant le mouvement contre la loi El Khomri.

Prochain rendez-vous de mobilisation le 27 juin

La soeur de Lamine Dieng (mort par étouffement dans un fourgon de police en 2007) a également pris la parole contre les violences policières, Jean-Baptiste Eyraud de Droit au logement a blâmé la violence faite aux précaires, accompagné par des familles venues manifester devant l’ambassade de Grande-Bretagne suite à l’incendie d’un HLM tuant 79 Londoniens. L’immeuble avait subi des travaux pour camoufler la misère, ignorant la sécurité des habitants, qui ont favorisé la propagation de l’incendie.

Tous les intervenants ont conclu à la nécessité d’un mouvement plus ample, mais aussi plus unitaire, sans fermer la portes aux associations et autres syndicats. Certains comme l’Union départementale CGT de Paris, non adhérent au mouvement, sont venus soutenir l’initiative demandant eux aussi à ouvrir le mouvement. Dans la foule, des drapeaux NPA, France insoumise et Ensemble ont flotté, en réponse au discours. Quelques militants antifascistes ont tenté de gagner l’Assemblée, bien gardée par des camions et voitures de police bloquant l’accès au pont. La fanfare invisible a entamé l’hymne à la liberté chilien El pueblo unido jamas sera vencido. Prochain rendez-vous de mobilisation contre la casse sociale et la loi travail le 27 juin, à quelques pas, place des Invalides, à l’appel cette fois-ci de l’union régionale CGT.

Photo de garde : AFP – Zakaria Abdelkafi/
Kareen Janselme
Article tiré de l’Humanité  le 20 juin 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s