A Tel Aviv, Breaking the Silence témoigne du terrible quotidien de l’occupation

En Israël, témoigner du quotidien de l’occupation militaire en Cisjordanie peut vous conduire au poste de police. La semaine dernière, la justice israélienne a ouvert une enquête contre Dean Issacharoff, l’un des porte-paroles de l’association de vétérans Breaking the Silence (Brisons le silence). Son crime est d’avoir relaté en public un épisode de son service militaire. Dans le collimateur de ce gouvernement considéré comme étant le plus à droite de l’histoire de l’Etat hébreu, l’ONG Breaking the Silence dénonce à haute voix depuis dix ans l’occupation militaire des Territoires palestiniens. Et malgré ses déboires judiciaires, elle n’entend pas se taire. Elle organisait samedi 1er juillet à Tel Aviv une lecture publique de témoignages inédits, par les soldats eux-mêmes.

Au grand jour, dans un parc situé au cœur de Tel Aviv, les intervenants se succèdent au micro. Un peu fébrile, Ori Erez attend son tour. Le jeune homme a servi dans les forces spéciales au nord de la Cisjordanie il y a 8 ans. « C’est un passage de mon témoignage : « Donc on a sorti ce gars de la Jeep, on lui a enlevé le bandeau qui couvrait ses yeux, et le câble qui lui liait les mains, et on l’a laissé comme ça. »

Arrestations arbitraires, violences gratuites, exécutions sommaires, Brisons le silence dévoile un récit brut de l’occupation militaire israélienne. Et pour Ori Erez, il est nécessaire de témoigner à visage découvert. « Les Israéliens n’ont aucune idée de ce qui se passe dans les Territoires occupés, et sans mon témoignage ils resteront dans l’ignorance, c’est mon devoir », poursuit-il.

L’enquête ouverte contre Dean Issacharoff, l’un des porte-parole de l’ONG, pour avoir relaté l’arrestation violente d’un Palestinien au cours de son service n’effraie pas Yéhuda Shaul, le fondateur de Brisons le silence. « Nous espérons que Dean sera poursuivi en justice, car au procès nous viendrons tous pour témoigner de ce que nous avons fait pendant notre service militaire, affirme-t-il. Pour ouvrir la boîte de Pandore et en faire le procès du système de l’occupation. »

Près d’une vingtaine d’ONG israéliennes ont pris la défense de Dean Issacharoff, en promettant de ne pas rester silencieuses, face à l’occupation.

 

Photo Reuters/Amir Cohen
Marine Vlahovic, envoyée spéciale à Tel Aviv
Article tiré de RFI . le 2 juillet 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s