Irak – Mossoul libérée des mains du groupe EI après neuf mois de combats

Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi est arrivé ce dimanche dans Mossoul «libérée» et a salué la «victoire majeure» contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Ce dimanche 9 juillet marque le point final d’une bataille meurtrière, longue de neuf mois. En début d’après-midi, Haïdar al-Abadi est arrivé « dans la ville libérée de Mossoul et félicite les combattants héroïques et le peuple irakien pour cette victoire majeure », a indiqué le communiqué émanant de son cabinet.La reconquête de Mossoul arrive au terme d’une offensive lancée le 17 octobre par les forces irakiennes, soutenues par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. L’organisation EI avait fait de Mossoul son principal bastion en Irak. Son chef, Abou Bakr al-Baghdadi avait proclamé le « califat » depuis la grande mosquée al-Nouri, à la mi-juin 2014.Il s’agit de la plus importante victoire de l’Irak face à l’EI depuis que le groupe extrémiste sunnite s’était emparé cette même année de vastes portions du territoire irakien. Toutefois, des jihadistes sont encore présents à l’ouest et au sud de la ville.

Une ville ruinée

Dès hier, sans attendre l’annonce officielle, des dizaines de soldats irakiens avaient commencé à célébrer la victoire, en dansant et en tirant en l’air, au milieu des ruines sur les bords du Tigre. Des sources irakiennes affirmaient alors que la reconquête de Mossoul était entrée dans sa phase finale : il ne restait plus aux jihadistes qu’une bande de territoire sur la rive ouest du Tigre. Les troupes d’élite irakiennes au sol, aidées par les raids aériens de la coalition sont donc venues à bout des derniers réduits tenus par les combattants du groupe Etat islamique dans la vieille ville. Selon le général Yahya Rassoul, porte-parole de l’armée irakienne, une trentaine de jihadistes a été tuée en tentant de s’enfuir à la nage par le Tigre, ce matin.Mossoul est aujourd’hui réduite, dans certains quartiers, à l’état de ruines : selon les Nations unies, la remise en état des infrastructures de base coûtera sans doute plus d’un milliard de dollars.

La tension à son comble

Une fois que les combats dans la vieille ville seront entièrement finis, il faudra que les forces irakiennes arrivent à stabiliser la ville, rapporte notre correspondante à Erbil, Oriane Verdier. Les quartiers sont minés et les attaques suicides se multiplient aussi bien sur la ligne de front que dans les quartiers libérés. Les jihadistes se dissimulent parmi les familles mossouliotes. Ces dernières ont vécu l’horreur et sont aujourd’hui perçues comme de possibles kamikazes.La tension dans ce Mossoul dit libéré est donc à son comble. Une fois la deuxième ville d’Irak stabilisée, un important travail de reconstruction attendra le gouvernement irakien. Au-delà de la destruction matérielle de la ville, la haine entre communautés a grandi au fil de ces trois années sous domination de l’organisation Etat islamique. Les habitants de Mossoul appréhendent notamment la cohabitation avec les forces irakiennes à majorité chiite. Mossoul, la deuxième ville d’Irak, est majoritairement habitée par des familles sunnites. Les Nations unies se sont récemment inquiétées d’une punition collective subie par celles-ci pour avoir cohabité avec Daech. Nombre d’hommes arabes sunnites ont disparu ces derniers mois arrêtés par les forces gouvernementales sans qu’aucune justification ne soit donnée à leur famille.


 

Analyse : Une date importante pour les Irakiens

 « C’est un tournant incontestable parce qu’il n’était pas dit que la ville serait reprise de sitôt, analyse Myriam Benraad, maître de conférences en science politique à l’Université de Limerick en Irlande. Il est vrai que le gouvernement irakien avait annoncé dès octobre 2016 que Mossoul serait reconquise avant la fin de l’année. Ensuite on a vu de manière très distincte que les opérations se sont étendues dans le temps. Il y a eu énormément de pertes des deux côtés, notamment du côté des forces irakiennes et puis évidemment des populations civiles. Donc, c’est une bataille qui fera date aussi compte tenu des pertes humaines et des destructions. Maintenant, il est certain que la reprise de Mossoul sur le plan symbolique est très importante pour les Irakiens, et plus particulièrement pour le gouvernement qui revient de loin face à ce groupe qui s’est emparé tout de même en 2014 d’un tiers du territoire. »

Membres des forces irakiennes portant une ceinture explosive utilisée par le groupe EI, le 9 juillet à Mossoul.REUTERS/Alaa Al-Marjani TPX IMAGES OF THE DAY

 

■ Analyse : Quel avenir pour Mossoul ?

Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève, revient sur les défis qui attendent désormais la ville de Mossoul.

« Le gouvernement irakien a annoncé la création d’un fonds de solidarité ouvert à tous les Etats pour reconstruire la ville de Mossoul. Il est très difficile aujourd’hui pour cette population de revenir. Il y a aussi des questions sur les bombardements aériens qui ont touché énormément de civils et certains raids aériens n’étaient pas du tout justifiés. La dernière question est la capacité du gouvernement irakien, lui-même, à nommer un conseil local ou régional ou revenir à la première recette, un chef de province, qui se chargera de gouverner la ville de Mossoul. La gouvernance de la ville est une question importante. Un programme économique et social pour intégrer cette ville fait partie de la consolidation et de la sécurisation de Mossoul. C’est une libération qui a couté des milliards au gouvernement irakien qui a mobilisé plus de neuf mois et qui serait vaine si le gouvernement n’arrive pas à gérer les conditions qui ont amené l’EI à s’emparer de cette ville en quelques heures. »

Article tiré de RFI . le 9 juillet 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s