Fête de l’Humanité – « C’est un moyen de montrer que le peuple est là »

Jeudi 20 juillet, Place de la République, la vente des bons de soutien pour la Fête de L’Humanité a battu son plein. Réunion culturelle, rassemblement d’artistes en tous genres, c’est aussi le rendez-vous politique de la rentrée.

L’année dernière s’y trouvait les veillées de Nuit debout, ce jeudi 20 juillet, près de la Statue de la République, à Paris, des militants vendent les bons de soutiens à 25 euros qui donne droit à l’entrée à la Fête de L’Humanité. Une cinquantaine de personnes sont rassemblées pour l’occasion. Toutes sont impatientes d’applaudir les nombreux artistes qui se produiront du 15 au 17 septembre prochain.
Mais pour Théo, 26 ans, l’important dans ce rendez-vous est de « mixer la culture et la politique ». Deux thèmes qui ne vont pas toujours de pair mais près de lui, Eve, jeune étudiante de 24 ans confirme : « Participer à la Fête de L’Huma c’est un acte festif mais aussi militant, c’est une vraie ambiance de solidarité que l’on vient chercher, une synergie que l’on trouve. C’est un moyen de montrer que le peuple est là, qu’il est le vrai contre-pouvoir ».
Ces paroles engagées font écho avec le discours de Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, également présent Place de la République. Il s’insurge contre la politique menée par le président Emmanuel Macron au sujet du budget et des ordonnances qui préparent la casse du Code du travail.

A quelques mètres du cercle qui s’est formé autour du sénateur PCF de Paris, Françoise, 65 ans, militante communiste, est une habituée. Pour elle aussi « c’est d’abord un acte militant. Je n’ai pas forcément le temps d’aller à des débats alors je participe à des discussions dans la foule », raconte-t-elle. Près d’elle, Marise se souvient : «  C’est par le débat que j’ai découvert l’événement et la prise de parole spontanée. Quand j’avais 6 ou 7 ans j’accompagnais mes parents à la fête. Ce que je voulais voir en priorité, c’était les discours ». Au milieu de la vente, des enfants circulent à vélo. Mais rien ne parvient à perturber ce moment. La Fête de L’Huma depuis les années 1930, réunit les amoureux de musique mais aussi du débat. « C’est une bonne chose que la fête tombe au moment de la rentrée politique. Oui, ce sera une lutte, mais il n’y aurait pas besoin de lutter s’il n’y avait pas d’ordonnances » remarque Marise, tout en rejoignant sa sœur aînée, Clothilde. Elle aussi est au rendez-vous. Venue acheter les bons de soutiens qui, cette année encore seront intégralement reversés au journal L’Humanité, elle souligne « Je viens depuis plus de 50 ans à la Fête de L’Huma, et je ne suis pas prête de m’arrêter là ».
Olfa Ayed
Article tiré de l’Humanité  le 21 juillet 2017
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s