Un forum européen en novembre à Marseille

Avant de clore leur université d’été à Budapest, les partis membres du PGE ont choisi la cité phocéenne pour tenir une initiative d’un genre nouveau.

Réunies en Hongrie pour cinq jours d’université d’été, les forces communistes, progressistes et rouges-vertes rassemblées au sein du Parti de la gauche européenne (PGE) ont planché samedi sur le forum qu’elles ont décidé d’organiser à Marseille les 10 et 11 novembre.

« L’objectif de l’initiative n’est pas de former un cadre électoral en vue des prochaines européennes mais de structurer des batailles communes en y associant les forces disponibles au-delà des partis membres du PGE », résume Anne Sabourin du PCF. Pour elle, il s’agit de « sortir des logiques événementielles qui consistent à se réunir et débattre avant de rentrer chacun chez soi sans que nos échanges n’aient de conséquences sur nos actions ».

Un outil pour mettre en cause l’hégémonie néolibérale

Marga Ferré, d’Izquierda unida, rappelle que cette initiative s’organise « dans un contexte marqué par la disparition des Forums sociaux européens ».

Pour autant, en organisant le forum de Marseille, le PGE ne cherche pas à se substituer à ces rendez-vous qui réunissaient les mouvements altermondialistes du continent, mais plutôt à bâtir un espace d’un genre nouveau. Natasha Théodorakopoulou de Syriza insiste : « On doit se mettre en tête qu’il ne s’agit pas d’une initiative organisée par le PGE pour le PGE. Nous devons créer un espace politique pour que les mouvements sociaux, les syndicats et les partis progressistes puissent dialoguer et construire des batailles communes. Cela suppose que chacun dans son pays trouve de nouveaux partenaires. »

Maïté Mola du Parti communiste d’Espagne souligne : « Pour être compris, il faut être clair. On ne veut pas se substituer au forum social, on veut faire un forum politique, il y en a besoin en Europe ». Elle évoque l’exemple du Foro de Sao Paulo qui réunit toutes les forces de gauche d’Amérique latine « depuis les sociaux-démocrates jusqu’aux partis marxistes-léninistes ». Un outil qui a contribué selon elle à la construction d’une hégémonie des idées de gauche à l’échelle continentale.

En prévision du forum de Marseille, des contacts ont été pris avec les Verts européens, des forces réformistes mais aussi des syndicats. Objectif : mobiliser dans toute l’Europe sur des sujets rassembleurs comme la lutte contre l’austérité, pour les services publics, la paix ou encore la sortie de l’Otan.

L’événement aura lieu au Dock des Suds et devrait également prendre une dimension culturelle.

Léo Purguette
Article tiré de la Marseillaise  le 24 juillet 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s