Un documentaire révèle les secrets de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon

Gilles Perret, réalisateur de “La Sociale” et des “Jours heureux”, a suivi Jean-Luc Mélenchon pendant trois mois au cœur de sa campagne présidentielle. Il en a tiré un documentaire de 52 minutes diffusé sur Public Sénat, et un film d’1h30 à paraître en janvier en salles. Il nous révèle les secrets d’une campagne haute en couleur.

 

Quelle approche avez-vous privilégiée pour ce documentaire ? Que souhaitiez-vous montrer de Jean-Luc Mélenchon ?

Gilles Perret – Je lui ai dit que je voulais faire un film avec lui pendant sa campagne, mais à condition que j’ai accès à tout, que je sois vraiment dans son intimité. Je ne voulais pas faire un reportage journalistique comme peuvent en produire BFM, TF1 ou France Télévision, ils l’auraient fait mieux que moi. Je lui ai expliqué que je tournais seul, sans équipe, et il a accepté parce qu’il fonctionne beaucoup à la confiance, et qu’il connaissait mes films. Au début il voulait que je passe par Sophia Chikirou [sa directrice de la communication, ndlr] pour avoir les autorisations de tourner, mais au bout de deux jours, j’ai pu filmer n’importe quand et n’importe où, je n’ai pas eu de barrage. Le projet d’origine est un film d’1h30 qui sortira en janvier. Pour Public Sénat, c’est une chronique de campagne de 52 minutes. La version longue sera plus politique, plus humaine et cinématographique.

Le documentaire est sans voix off. Qui raconte l’histoire de cette campagne dans ce cas ? Avez-vous effectué des entretiens ?

Il y en a, mais je n’ai jamais posé un pied de caméra. Ce sont des discussions en marchant, dans le train ou quand il se fait maquiller. On discutait quand il avait un moment de pause. A aucun moment il n’y a une image d’archive. Si on parle du passé ou de ce qu’il veut faire à l’avenir, c’est dans l’action, ce qui donne du rythme au film. On assiste ainsi à des réunions de stratégie de com’, à des réunions politiques, au QG de la France insoumise ou dans les bistrots vers chez lui. C’est dans l’esprit de sa campagne, on n’est jamais dans des hôtels guindés. Je travaille toujours sans voix off, et en l’occurrence le film est très centré sur lui, pour comprendre comment il est dans ces moments cruciaux. D’autres personnes s’expriment, mais c’est marginal.

Quelles scènes vous semblent les plus marquantes ?

La scène de fin, quand il apprend les résultats. Il était dans une chambre d’une auberge de jeunesse qu’il avait réservée au-dessus de l’hôtel où il avait organisé l’annonce des résultats. Il y a deux lits superposés, et une table au milieu, avec sa petite équipe autour de lui. Je pense qu’on comprend mieux sa réaction à l’annonce des résultats quand on voit à quel point il s’était progressivement auto-assuré qu’il serait au deuxième tour. On mesure à quel point c’est dur pour lui. Tout le monde attendait qu’il appelle à voter Macron ou qu’il soit plus clair dans son discours dimanche soir, mais il faut voir la séquence pour comprendre.

N’a-t-il jamais douté d’être au deuxième tour ?

Dès le début du film, alors qu’on sortait des primaires de la gauche, et que Benoît Hamon était crédité de 18% des voix, il disait qu’il avait une chance d’être au deuxième tour. Il a constaté ensuite que le vent le portait. A un moment donné, on voit qu’il change de ton, il réfléchit à la situation où il est élu président, il commence à penser à la suite. Ce sont des moments qui sont assez forts dans le film.

Mais il y a une séquence qui montre qu’il est tout de même lucide. Elizabeth Martichoux de RTL lui demande en off, à dix jours du premier tour : “Vous le sentez bien ? On dirait que Macron va chuter…”. Il lui répond : “Attendez, laissez passer encore deux jours, et le parti de l’ordre et du fric va se mettre en ordre de bataille, ils vont tous me tomber dessus”. Deux jours après, la polémique sur l’Alba était montée en épingle, et Le Figarosortait son dossier sur “Maximilien Ilitch Mélenchon“. Tous les médias lui tombent dessus à bras raccourcis. Il a cette formule quand il parle à Elizabeth Martichoux : “Vous allez voir, il faut taper sur la bête”. Et en effet, c’est ce qui s’est passé.

 

Après l’avoir filmé au plus près pendant deux mois, pensez-vous qu’une autre image de Jean-Luc Mélenchon apparaît à l’écran, différente des stéréotypes auxquels il est associé ?

Je pense que oui. Les mélenchonistes ont déjà cette vision du personnage, mais pour le grand public, ce n’est pas l’image du mangeur d’enfants habituelle. J’en discutais avec Manu Bompard [son directeur de campagne, ndlr] il y a un mois : à aucun moment pendant la campagne il n’y a eu de frictions avec l’équipe. C’était serein et efficace. Le film donne une image de lui plus attachante, mais je crois que fondamentalement il est comme ça. Une fois passée la barrière qu’il peut y avoir avec lui, c’est quelqu’un de généreux dans l’échange, qui a toujours envie de discuter. Quand on égratigne un membre de son équipe, c’est lui qui monte au créneau pour le défendre, ils sont très soudés. Le film montre aussi qu’il n’est pas tout seul, même si c’est le chef de bande.

Avez-vous senti qu’il avait révisé sa stratégie de campagne par rapport à 2012 ?

Oui. En 2012 sa campagne était très marquée à gauche, alors qu’en 2017 elle consistait à “rassembler le peuple”. Il souhaitait toucher des gens qui auraient été repoussés par les symboles de gauche. De plus, il s’est délesté de la lourdeur des partis. On peut en penser ce qu’on veut mais ça a payé. On le voit dans la version longue du film, il discute en marge d’une conférence sur les politiques internationales et il dit que c’est la campagne la plus tranquille qu’il ait faite, parce qu’ils la préparent depuis deux-trois ans, et qu’il a une équipe en béton autour de lui. Chacun s’occupe de son secteur et il n’a pas de conflits internes à gérer. Il s’est aussi beaucoup ménagé avec la presse, il n’a quasiment pas fait de matinale, tandis qu’en 2012 il était envoyé sur tous les fronts, le matin, le midi, le soir… En 2017, il était moins sur les nerfs.

Pendant la campagne on a vu les relations assez tendues qu’il entretient avec le PCF. Avez-vous assisté à une lassitude chez Mélenchon vis-à-vis de ce parti ?

C’est le bon mot, une lassitude. Quand une semaine avant le 1er tour, Pierre Laurent appelle à “l’union de la gauche”, il n’en était plus là, il n’avait plus envie d’entendre des divergences, des appels à parler avec untel ou untel. Je n’ai pas de jugement par rapport à ça. Je comprends le PC, ses critiques à propos de la personnification de la campagne, mais malheureusement dans cette Ve République, on est obligé d’en passer par là, même si le but est ensuite d’en changer. Il y avait en tout cas un malaise des militants du PC qui le soutenaient vraiment vis-à-vis de leur direction. C’était un peu triste à voir.

Votre film sera prochainement diffusé au cinéma, ce qui n’est pas courant pour une campagne électorale. C’est une histoire digne du cinéma la campagne de Jean-Luc Mélenchon ?

Dans la version longue, pour moi, il y a de vrais moments cinématographiques et d’émotion. Et puis Mélenchon, c’est un personnage ! Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, il ne laisse pas indifférent. On ne ferait pas le même film avec François Hollande, Emmanuel Macron ou Pierre Laurent. C’est toujours dans l’émotion, dans le rire et dans les pleurs, dans la bataille. Voilà pourquoi j’ai eu envie de le faire pour le cinéma. C’est aussi le portrait d’un personnage qui est à un moment particulier de sa vie, tous les ressorts dramatiques sont donc là, il s’achemine vers une échéance, et ça en fait un film de cinéma. J’avais beaucoup aimé le film d’Yves Jeuland, Le Président, sur Georges Frêche, par exemple.

Parfois on rit, parfois on pleure, parfois on est captivé. Et l’avantage au cinéma c’est qu’on peut laisser de la place à la réflexion politique. Il y a une séquence en particulier, où Jean-Luc Mélenchon explique ce que va devenir le paysage politique en France après les élections, et vers quelle ligne il faut tendre. Ça n’apparaît pas dans la version de 52 minutes parce que c’est une scène qui dure 8 minutes et pendant laquelle il se fait maquiller. Il y a la maquilleuse qui tient le pinceau, qui lui passe sur son visage, et qui lui coupe les sourcils. Il a tellement envie de convaincre que même dans ce décor de théâtre il ne décroche pas. Ça créé des moments qui ont leur place au cinéma.

Mélenchon, la campagne d’un insoumis, de Gilles Perret, sur Public Sénat le 1er août à 18h30

Photo AFP/Thomas Samson
Propos recueillis par Antoine Cargoet et Mathieu Dejean
Article tiré des InRocks . le 31 juillet 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s