Migrants – L’Etat doit être condamné, pas Cédric Herrou. (Olivier Dartigolles)

Quand bien même la condamnation en appel de Cédric Herrou à quatre mois de prison avec sursis est inférieure aux réquisitions du parquet, ce jugement est une étape de plus dans le harcèlement dont est victime ce militant de la solidarité aux exilés et aux migrants à la frontière franco-italienne.

Alors que la France vient d’être rappelée à l’ordre par la Cour européenne des droits de l’homme pour les traitements indignes infligés aux migrants, Cédric Herrou, comme l’ensemble des militants des droits humains, agit dans le sens de ce que l’Etat devrait faire. Le délit de solidarité n’existe pas. Le devoir d’humanité n’est-il pas inscrit au fronton de nos bâtiments publics… FRATERNITÉ.

Sur une telle question, seule une réponse plaçant l’être humain au centre des préoccupations est acceptable. Le « plan migrants » tel que présenté par le ministre de l’Intérieur serait une grave rupture avec les valeurs et les principes de notre République.

Aujourd’hui, c’est l’Etat qui devrait être condamné et Cédric Herrou remercié pour son engagement solidaire et humaniste auprès de femmes, d’hommes et de très nombreux enfants qui vivent un enfer quotidien.

Quand il était ministre, E.Macron avait voulu se démarquer du premier Ministre Valls en appelant à la compassion des Européens à l’égard des réfugiés. C’était avant.

Olivier Dartigolles, porte parole du PCF
Article tiré du PCF  le 8 août 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s