« Au moins 5 semaines pour obtenir un rendez-vous » – Des femmes racontent leur parcours du combattant pour avorter en été

Entre juillet et septembre, les vacances des personnels médicaux forcent certains centres à fermer, allongeant les délais pour recourir à un avortement. Conséquence pour ces femmes : des distances plus longues à parcourir pour exercer leur droit, sans avoir toujours le choix de la méthode. Franceinfo a recueilli leurs témoignages.

Je suis en plein dedans, je n’arrête pas d’enchaîner les péripéties. » Au téléphone, Sarah*, Bordelaise de 24 ans, confie sa détresse à franceinfo. Début août, la jeune femme, « en couple depuis peu », se découvre enceinte de trois semaines. Immédiatement, elle et son compagnon décident d’interrompre la grossesse. « Ce n’était pas le moment, nous n’étions pas prêts », explique cette ostéopathe tout juste diplômée.

Pourtant, rien ne se passe comme prévu. Sarah égrène ses difficultés à accéder à une interruption volontaire de grossesse (IVG) en plein milieu de l’été : médecin généraliste en vacances, cabinets fermés, plannings bouclés jusqu’en septembre… Résultat : quand elle obtient enfin un rendez-vous, le 14 août, avec une gynécologue pour procéder à une IVG médicamenteuse, sa grossesse est trop avancée pour que l’avortement soit réalisé en cabinet.

Après de nouvelles difficultés, Sarah obtient finalement un rendez-vous en prévision d’une IVG chirurgicale au CHU de Bordeaux (Gironde), le 31 août. Dans le meilleur des cas, son IVG interviendra à la 9e semaine de sa grossesse, un mois après ses premières démarches, et deux semaines après avoir contacté pour la première fois un centre IVG. La Haute autorité de santé recommande pourtant que « toute patiente demandant une IVG [puisse] obtenir un rendez-vous de consultation dans les cinq jours suivant son appel ». 

Un passant s\'arrête devant une œuvre du street-artist Emmanuel Mahn indiquant \"L\'IVG, c\'est sacré\", à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 8 mars 2017.
Un passant s’arrête devant une œuvre du street-artist Emmanuel Mahn indiquant « L’IVG, c’est sacré », à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 8 mars 2017. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

« Une priorisation selon les urgences »

En France, la loi Veil du 17 janvier 1975, modifiée par la loi du 4 juillet 2001, a légalisé l’IVG jusqu’à la douzième semaine de grossesse (ou 14 semaines d’aménorrhée, c’est-à-dire depuis la date depuis les dernières règles). En 2016, 211 900 IVG ont été réalisées en France, un nombre en légère baisse pour la troisième année consécutive. Pourtant, quarante-deux ans après l’adoption de la loi Veil, l’accès au droit à l’avortement reste entravé dans la pratique, avec « plus de 130 » fermetures d’établissements de santé pratiquant l’IVG « entre 2001 et 2011″, soulignait en 2013 le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE). Un problème renforcé « en période estivale ».

« De nombreux centres doivent momentanément fermer durant l’été, à cause des congés des personnels. Ça accentue la pression sur les centres qui restent ouverts »explique à franceinfo Marie-Laure Brival, gynécologue-obstétricienne à la tête de la maternité des Lilas (Seine-Saint-Denis). Ces dernières années, le nombre d’IVG y a augmenté de 20% en août et en septembre, affirme cette dernière.

Au CHU de Bordeaux, où Sarah a mis plusieurs semaines pour obtenir un rendez-vous, on affirme aussi que les demandes affluent et nécessitent d’effectuer « une priorisation selon les urgences ». Si « le terme le permet », la femme enceinte demandant à avorter durant l’été devra donc patienter jusqu’à « dix jours » supplémentaires par rapport au reste de l’année, reconnaît l’établissement.

Pourquoi ne pas embaucher plus de personnels ? « Les hôpitaux rencontrent des difficultés de remplacements durant l’été », souligne auprès de franceinfo Léa Martinez, assistante sociale au Mouvement français du planning familial (MFPF), à Villeurbanne (Rhône). « Et les vacataires ne pratiquent pas toujours l’IVG au-delà de douze semaines d’aménorrhée. » Outre la clause de conscience qui concerne l’ensemble des médecins, l’article L2212-8 du Code de la santé publique dispose en effet qu’« un médecin n’est jamais tenu de pratiquer une interruption volontaire de grossesse »

Certains médecins sont moins à l’aise pour pratiquer une IVG quand la femme approche du terme légal des douze semaines de grossesse.Marie-Laure Brival, gynécologue-obstétricienne, à franceinfo

Chaque année, 5 000 à 6 000 femmes ont recours à l’IVG à l’étranger

En conséquence, certaines femmes qui avaient pourtant demandé une intervention en France dans les délais légaux « sont réorientées à l’étranger », faute d’obtenir une place à temps, explique Valérie Séhier, du Planning familial. Selon l’association, « 5 000 à 6 000 femmes » quittent l’Hexagone chaque année pour se faire avorter à l’étranger, dont celles qui avaient fait une demande dans les temps.

Aux Lilas, ce cas s’est produit courant août, note Marie-Laure Brival. « On a adressé au Planning familial une femme qui était à 14 semaines et demie d’aménorrhée car elle avait eu du mal à trouver un centre ouvert. » L’association informe alors la femme enceinte des délais autorisés pour avorter dans les pays limitrophes, comme la Hollande (22 semaines d’aménorrhée), ou l’Angleterre (24 semaines). Une procédure que toutes ne peuvent pas se permettre. « Pour se faire avorter à l’étranger, il faut dépenser des sommes astronomiques pour le déplacement et l’acte en lui-même. Ce sont plusieurs centaines d’euros qui ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale », alerte Léa Martinez, du Planning familial de Villeurbanne.

Des manifestants pro-avortement brandissent une banderole \"Avorter c\'est un droit, c\'est un choix\" à Paris, le 30 mai 2015.
Des manifestants pro-avortement brandissent une banderole « Avorter c’est un droit, c’est un choix » à Paris, le 30 mai 2015. (MICHAEL BUNEL / NURPHOTO)

 

Sans devoir partir à l’étranger, il est courant que des femmes doivent changer de département pour bénéficier d’une IVG rapidement. « Avec parfois de longues distances », assure Léa Martinez. Et si l’IVG est intégralement remboursée depuis 2013, les frais de transport restent à la charge des femmes. « Ça nous arrive d’orienter des femmes vers le Crédit municipal pour qu’elles mettent en gage des objets de valeur afin de payer leur trajet », se désole la militante associative.

On m’a proposé un hôpital à 110 kilomètres de chez moi pour avoir de la place rapidement.Sarah, à franceinfo

Autre désagrément dû au manque de places, les femmes ne peuvent pas toujours choisir leur méthode d’avortement, comme dans le cas de Sarah. Ce fut également celui d’Alice, qui raconte à franceinfo avoir dû patienter« cinq semaines pour obtenir un rendez-vous » à l’été 2016 puis se résigner à une méthode d’avortement qui n’avait pas sa préférence. Après neuf semaines d’aménorrhée, il est en effet obligatoire de recourir à l’IVG chirurgicale, et non à la solution médicamenteuse, moins invasive.

J’aurais dû avorter par voie médicamenteuse, mais du fait des délais j’ai été contrainte de subir une opération.Alice, à franceinfo

Une situation en voie d’amélioration

Le problème est pris au sérieux par le ministère de la Santé, qui, depuis 2012, rappelle chaque année aux Agences régionales de santé (ARS) l’obligation de maintenir la possibilité d’avorter durant l’été. Depuis cette même année, plusieurs mesures ont permis d’améliorer l’accès à l’IVG : suppression du délai de réflexion d’une semaine avant l’avortement, possibilité pour les sages-femmes de pratiquer l’IVG médicamenteuse, lancement d’un numéro vert national (0800 08 11 11) permettant de guider les appelantes vers les centres disposant encore de places…

Le Planning familial reconnaît volontiers que la situation s’est « nettement améliorée » depuis un an, grâce à la mobilisation des ARS et des centres IVG qui s’organisent entre eux pour maintenir un service minimum durant l’été. Et ce, y compris dans les zones de tension que constituent l’Ile-de-France ou la Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans la première, aucune Francilienne n’a ainsi été redirigée à l’étranger à l’été 2015 puis 2016, assure l’ARS d’Ile-de-France. « On reste prudents pour le bilan de cette année. Le mois d’août n’est pas fini, et il reste encore septembre », prévient toutefois Véronique Séhier, du Planning familial.

Dans un bilan paru en janvier 2017, le HCE soulignait de réelles avancées dans l’accès à l’IVG. Mais réclamait toutefois « un moratoire sur les fermetures des centres IVG », encore trop nombreuses, ou la mise en place de « testings » dans les établissements publics afin de s’assurer que les IVG y soient bien possibles jusqu’à la 12e semaine de grossesse. Le Conseil souhaitait enfin que la formation des professionnels de santé en orthogénie [les méthodes médicales destinées à planifier et contrôler les naissances] soit renforcée. Mais pour Sarah, il sera déjà trop tard. « Je comprends que ce qui m’arrive est dû à un manque de places, mais je ne trouve pas ça normal. Pendant des semaines, j’attends et je panique. »

Photo de garde SIPA/Florence Durand
Mathilde Goupil
Article tiré de Franceinfo  le 28 août 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s