Emmanuel Macron reçoit le soutien du Medef

A l’occasion de l’université d’été du Medef, le syndicat des patrons français, son chef Pierre Gattaz a encouragé le président français, confronté à une rentrée sociale difficile, à poursuivre ses réformes, que ce soit au niveau fiscal ou pour le marché du travail.

Ce 29 août, Pierre Gattaz a exhorté le président français Emmanuel Macron à « aller jusqu’au bout de ses réformes ». A l’occasion de l’université d’été du Medef, le patron des patrons a esquissé dans un discours le portrait du pays selon lui idéal, devant plusieurs centaines de chefs d’entreprises réunis sur le campus de la prestigieuse école de commerce HEC.

« J’ai fait un rêve pour la France, a lancé le numéro un du Medef, dans un clin d’oeil à la fameuse tirade de Martin Luther King. Celui d’une France forte socialement et économiquement, fière de ses entreprises, confiante et influente ».

« Si nous ne changeons pas de modèle, nous n’y arriverons pas », a toutefois mis en garde le numéro un du Medef qui appelle le gouvernement à « réformer notre marché du travail, améliorer les marges des entreprises et simplifier notre bureaucratie ». La réforme du marché du travail « sera le curseur du mandat d’Emmanuel Macron », qui permettra d’évaluer « sa volonté de vraiment réformer » le pays, a lancé Pierre Gattaz, qui appelle l’exécutif à aller « jusqu’au bout pour simplifier le Code du travail ». 

« Au pied du mur »

Après plusieurs semaines de concertation avec les partenaires sociaux, le gouvernement français doit dévoiler ce 31 août le contenu de ses cinq ordonnances sur le Code du travail, premier grand chantier social du quinquennat Macron. Mais les arbitrages sur les sujets sensibles sont restés pour l’heure secrets.

« On est au pied du mur. C’est extrêmement important que la main du gouvernement ne tremble pas, a encore estimé Pierre Gattaz. Tout sera dans le détail de ces ordonnances. Il faut que l’écriture des ordonnances soit simple, lisible, applicable par les TPE-PME, qu’il n’y ait pas mille contreparties, mille contraintes, mille exceptions aux règles édictées ».

Autre marqueur fort du quinquennat Macron, selon Pierre Gattaz : les réformes fiscales. « Il est important que nous continuions notre combat sur la baisse du coût du travail, sur la fiscalité nationale et sur la fiscalité territoriale », a-t-il déclaré.

Dans une chaleur écrasante, les patrons qui déambulaient sur le campus d’HEC avaient tout de même le sourire. Ils ont longuement applaudi Pierre Gattaz à l’instar de Thierry Logre, le directeur d’une PME spécialisée dans les cosmétiques.

Pour lui, il est d’autant plus nécessaire d’assouplir les règles que la croissance mondiale est repartie à la hausse. Les principaux concurrents de cette PME qui emploie 170 salariés se trouvent en Allemagne où assure Thierry Logre, les contraintes légales et fiscales sont moins lourdes.

« Je crois qu’effectivement, pleins de choses vont dans le bon sens, comme le contexte international qui a tendance à nous tirer et on espère avoir toute la liberté, toute la souplesse pour pouvoir réagir face à cette croissance qui nous attend, explique Thierry Logre. On a les produits et les savoir-faire. Si le contexte règlementaire est plus souple et nous permet plus de réactivité, on aura plus de raisons d’être plus souriants ».

Photo de garde : AFP – Eric Piermont
Aabla Jounaïdi
Article tiré de RFI  le 29 août 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s