Suicides à répétition à la prison des Baumettes à Marseille

Quatre hommes se seraient donné la mort à la prison des Baumettes à Marseille dans le sud-est de la France, depuis le début de l’année. C’est le résultat d’une enquête de la Ligue des droits de l’homme et de l’ONG Confluences qui déplorent de nombreuses tentatives de suicide également. Avec la construction d’un second bâtiment flambant neuf dans l’enceinte de l’antique prison marseillaise la direction promettait « l’entrée dans la modernité », mais les problèmes perdurent, violence, insalubrité. Les détenus sont à bout et intentent pour certains à leurs jours sur fond de troubles mentaux dans plusieurs cas.

En grève de la faim depuis deux semaines, Samy demande son transfèrement des Baumettes. Joint par téléphone, il témoigne depuis sa cellule de ces détenus poussés à bout par les conditions de vie.

« Nous sommes en danger. Personnellement depuis que je suis ici j’ai vu trois suicides et des tentatives à tout va. Les gens essayent de se suicider, car il n’y a aucune réinsertion dans cette prison. J’ai avalé moi-même des lames de rasoir. C’est pas humain », rapporte Samy.

Le codétenu de Samy, lui aussi en grève de la faim, a tenté de se suicider trois fois cet été. Un jeune homme de 23 ans atteint de troubles psychiatriques. Son avocat Me Tarasconi craint pour sa vie : « Sa condition physique est extrêmement dégradée. Nous sommes très inquiets. Vraiment, nous avons affaire à quelqu’un qui est très fragile psychologiquement et qui n’est plus que l’ombre de lui-même. »

Durant leur recherche des militants associatifs ont recensé quatre suicides cette année. Le dernier en date, âgé de 20 ans, il s’est pendu le soir de son arrivée. Une mort pour rien, clame son avocat Jérôme Pouillaude.

 

« On a placé un garçon suicidaire de façon évidente en détention comme si celui-ci ne présentait aucun trouble. C’est-à-dire seul avec sa fourchette, son couteau et le drap qui manifestement lui a permis de se donner la mort », déplore l’avocat.

Dans ce contexte de surpopulation carcérale et de gestion de détenus atteints de troubles mentaux, la direction des Baumettes n’a pas souhaité s’exprimer.

Photo AFP/Bertrand Langlois
Stéphane Burgatt, correspondant à Marseille
Article tiré de RFI . le 6 septembre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s