Ces pauvres que l’on voudrait cachés

EDITO – « Il n’y a pas de petits ni de grand fléau » : le slogan du Secours populaire pour sa campagne de 2017, juxtaposant des photos d’enfants en situation de guerre et de vieille dame en train de fouiller dans les poubelles d’un marché. Un rappel bienvenu à l’heure où Emmanuel Macron a justement tenté de jouer sur la hiérarchisation des priorités en se rendant au chevet des victimes d’Irma quand les salariés manifestaient contre la réforme du code du travail.

Le Secours populaire se bat effectivement sur tous les fronts. Aidant des victimes à l’autre bout de la terre et assurant un soutien quotidien aux plus démunis dans l’hexagone, aidant autant à se vêtir et à manger qu’à accéder à des loisirs ou à des vacances ou simplement à des droits, là pour les enfants comme pour les plus vieux.

Depuis 10 ans, son baromètre sur la pauvreté est devenu un coup de poing annuel rappelant les ravages de la pauvreté. Des chiffres qui mettent cette association « en colère » pour reprendre la formule de Richard Béninger, secrétaire national, durant la présentation d’hier mais ne la laisse jamais désespérée car « la solidarité est toujours porteuse d’espoir ».

Outre les chiffres qui claquent, le Secours populaire met en avant des personnes qui viennent témoigner, braquant la lumière sur ces gens que l’on voudrait condamner à survivre avec des sommes dérisoires et si possibles cachés.

Des gens que l’on veut oublier au point de ne pas comprendre ce que peut représenter 5 euros dans un budget si minime, au point de les moquer s’ils n’ont pas le niveau d’éducation que l’on considère comme évident. Des pauvres que l’on insulte dès qu’ils osent défendre des droits, les traitant de fainéants ou d’extrémistes quand ce n’est pas de passéistes. Des gens que l’on tente de gommer à coup de grands discours sur la reprise ou la relance.

Angélique Schäller
Article tiré de la Marseillaise  le 15 septembre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s