Travailleurs détachés – Tout çà pour çà

Rien sur la fraude ni sur les cotisations sociales, le secteur routier sorti de la réforme et une limitation dans le temps assortie de prolongation… La «victoire» présentée par la France est bien maigre.

Après 12 heures de négociations, les ministres du Travail de l’Union européenne ont fini par se mettre d’accord sur une réforme du travail détaché avec un texte voté par 21 d’entre eux, rejetés par la Pologne, la Hongrie, la Lituanie et la Lettonie tandis que le Royaume-Uni, l’Irlande et la Grande-Bretagne se sont abstenus. « Une victoire pour l’Europe » s’est immédiatement emballée Muriel Pénicaud. Emmanuel Macron s’est beaucoup engagé et jouait gros sur le dossier mais de là à parler de victoire…

Certes, le texte acte le principe du « salaire égal à travail égal sur un même lieu de travail », primes diverses et 13e mois devraient donc désormais être versés au travailleur détaché. La France qui plaidait pour une durée maximum de 12 mois a du accepter la possibilité de prolongation de 6 mois sur demande de l’entreprise. Enfin, rien sur les cotisations sociales versées dans le pays, rien sur la lutte contre le fraude et le transport routier a été retiré de cette réforme.

Un ensemble qui fait dire à Philippe Martinez, n°1 de la CGT, que « c’est moins pire qu’avant » mais que « le problème n’est pas réglé ». « Cela va dans le bon sens » a estimé Jean-Claude Mailly de FO en déplorant cependant la sortie du secteur routier.

Un secteur où les réactions ont été vives. Les transporteurs français se disent « sacrifiés» pour parvenir à un accord « historiquement scandaleux ». « Les routiers restent les salariés low-cost de l’Europe », a réagi Patrick Blaise de la CFDT-Route, premier syndicat en France.

« Un cruel trompe-l’oeil » a été le commentaire de Jean-Luc Mélenchon, député de la France insoumise. Et de pointer la question de la durée qui, « même diminuée reste supérieure à la durée réelle actuelle » – 98 jours en moyenne – avant de conclure : « le gouvernement pavoise pour tromper l’opinion sur un nouveau recul de l’Europe sociale ».

Angelique Schaller
Article tiré de la Marseillaise  le 25 octobre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s