Emmanuel Macron provoque la colère des Guyanais

En visite pour deux jours sur se territoire français du continent sud-américain, le président de la République a mis le feu aux poudres hier dès son arrivée en refusant de rencontrer le collectif  « Pour que la Guyane décolle», lui disant même « je ne suis pas le Père Noël ». Le propos a beaucoup choqué et des incidents ont éclaté devant la préfecture.

A peine avait-il posé le pied en Guyane pour une visite de quarante huit heures, qu’Emmanuel Macron mettait déjà le feu aux poudres hier soir. Le collectif « Pour que la Guyane décolle » (Pou Lagwxiyann Dekole, en créole) souhaitait le rencontrer et lui demander de respecter le plan d’urgence accepté en avril dernier par le gouvernement de Bernard Cazeneuve doté de 1,08 milliard d’euros. Ce plan avait été accepté le 21 avril au terme de cinq semaines de manifestations et de grèves. La Guyane cumule les retards d’équipements et les problèmes sociaux avec un taux de chômage de 23%, des services de santé défaillants, un système scolaire inadapté. S’y ajoute une immigration clandestine massive, venue du Brésil, du Suriman et d’Haïti.

Ne se sentant pas lié par les engagements pris à la fin du quinquennat de celui qu’il nomme désormais « mon prédécesseur », Emmanuel Macron a refusé de recevoir le collectif « Pour que la Guyane décolle ». Depuis la commune de Maripasoula, son premier lieu de déplacement, il a signifié son refus en ces termes: « Je ne suis pas le Père Noël parce que les Guyanais ne sont pas des enfants. Je suis ici avec de l’ambition pour la Guyane, mais je ne suis pas venu faire des promesses, ce temps là est fini. L’état a fait trop de promesses qui n’ont pas été tenues. Donc je suis là pour dire les choses en vérité telles que je les vois, prendre des engagements que je saurai tenir durant mon quinquennat et aussi assurer les éléments d’autorité indispensables sur ce territoire ».

Emmanuel Macron a tenu ces propos en faisant aussi savoir qu’il refusait de rencontrer le collectif en fin de journée alors que les manifestants étaient devant la préfecture où le chef de l’Etat devait participer à « un diner républicain». Les esprits se sont alors échauffés. À plusieurs reprises, les policiers ont chargé la foule faisant usage de gaz lacrymogène. « Maintenant on sait à qui on a à faire. Monsieur Macron n’a aucun respect pour nous », a déclaré un membre du collectif.

Emmanuel  Macron sera-t-il le président des orpailleurs ?

Dans ce voyage, le président de la République est accompagné de plusieurs ministres, mais aussi, et curieusement, de Jean-Claude Juncker, président de la Commission Européenne et ancien Premier  ministre du Luxembourg, petit pays bien connu pour être un paradis fiscal dans l’Union européenne. On attend aussi de savoir ce que le chef de l’Etat dira aujourd’hui concernant le projet d’ouverture d’une mine d’or près de Saint-Laurent–du-Maroni dans l’ouest de la forêt guyanaise. Porté par un milliardaire russe et un groupe canadien, ce projet  de mine à ciel ouvert creuserait dans la forêt tropicale une immense tranchée, tandis que des millions de mètres cubes de roche seraient traités au cyanure pour parvenir à séparer chaque gramme d’or de cet amas rocheux.

Emmanuel Macron s’était montré favorable à l’ouverture de cette mine du temps où il était ministre de l’Economie, tandis que Nicolas Hulot, son actuel ministre de la Transition écologie et solidaire, s’y est toujours opposé. En Guyane, les défenseurs de l’environnement, comme la population qui vit en milieu rural et forestier, redoutent la pollution au cyanure des nappes souterraines et des cours d’eau. Reste à savoir ce que pèseront ces arguments devant l’appât du gain. En juin dernier, le milliardaire russe Igor Klimanov, directeur de développement du groupe Nordgold qui porte ce projet,  indiquait que l’affaire serait rentable en ajoutant ces précisions : « Le taux de retour sur investissement devrait atteindre 18,7%  et les banques françaises qui pourraient nous prêter de l’argent se montrent intéressées ».

Il y aurait donc un « Père Noël » prêt à soutenir les éventreurs de la forêt guyanaise. Mais comme souvent, en de semblables situations, le Père Noël est une ordure.

Gérard Le Puill
Article tiré de l’Humanité  le 27 octobre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s