« Paradise papers », dans l’enfer de l’évasion fiscale

Après les « Panama papers », un consortium international de journalistes fait de nouvelles révélations gênantes pour de grandes sociétés et personnalités qui pratiquent l’évasion et l’optimisation fiscale.

Dix-huit mois après la révélation des « Panama papers », l’ICIJ (Consortium international des journalistes d’investigation), par le biais de 96 médias répartis dans 67 pays (en France, Le Monde, Radio France et France Télévisions), a lancé à 19 heures un nouveau pavé dans le marigot de la finance. Les « Paradise papers » dévoilent plusieurs affaires d’optimisation fiscale, la première vague, nous promet l’ICIJ, d’une série qui devrait s’égrener tout au long de la semaine au moins. Ce sont « des milliers de milliards de dollars qui échappent toujours aux fiscalités des Etats et aux autorités de régulation », rappelle Le Monde.
L’enquête a commencé il y a un an, dans un journal allemand, le Süddeutsche Zeitung, qui a reçu par des informateurs anonymes « plus de 13 millions de documents », expliquait dimanche soir sur France Info Jacques Monin, le chef de la cellule d’investigation de Radio France. Ils viennent « du cabinet conseil Appleby», une des « Rolls-Royce de la finance offshore », selon Le Monde, qui travaille dans les îles Caïman, les Bermudes, les îles Maurice, et « un autre cabinet de Singapour ». Et contrairement aux « Panama papers », qui selon Jacques Monin « laissaient penser » que les paradis fiscaux étaient « une anomalie », ici la preuve serait faite que « de nombreux groupes et personnalités y transfèrent leur argent en toute légalité ». « Cette nouvelle enquête concerne moins le blanchiment d’argent sale, issu de la fraude fiscale et d’autres activités illicites (trafics d’armes, de drogue…), que des schémas légaux montés par des bataillons d’experts en optimisation fiscale », écrivait le moindre dimanche soir. « L’argent, ici, a le plus souvent été soustrait à l’impôt de façon légale ou aux frontières de la légalité, grâce aux failles du système fiscal international. » Placer son argent à La Barbade, à l’île de Man ou à Jersey, « rien d’illégal » assurent les groupes et personnalités visés. Et c’est bien là le problème…
Les premiers noms viennent d’outre-Atlantique ou d’outre-Manche : Wilbur Ross, secrétaire d’Etat au Commerce du président des Etats-Unis Donald Trump, qui aurait placé de l’argent d’affaires réalisées avec des partenaires russes; Steven Bronfman, proche du premier ministre canadien Justin Trudeau; ou la reine d’Angleterre… De grands groupes multinationaux, comme Nike ou Apple, sont aussi cités dans les documents. Pour l’instant, aucun Français n’est cité, mais les médias associés à l’ICIJ laissent entendre qu’après les États-uniens, les Anglais ou les Russes, les pratiques de nos compatriotes, qui n’étaient pas en reste dans les « Panama papers », pourraient être dévoilées.
Photo AFP/Rodrigo Arangua
Gregory Marin
Article tiré de l’Humanité  le 5 novembre 2017
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s