Cop 23 – « Le changement climatique est là et il est dangereux»

La  COP23 conférence de l’Onu sur le climat se tient actuellement à Bonn en Allemagne.  Des rapports et appels alarmistes s’enchaînent, rendant d’autant plus insupportables les discours pro-climat qui ne sont pas suivis d’effet.

« Mise en garde des scientifiques à l’humanité : deuxième avertissement ». Ce sont pas moins de 15 364 scientifiques, originaires de 184 pays, biologistes, physiciens, astronomes ou chimistes, souvent prix Nobel, qui ont signé un appel publié cette semaine par la revue BioScience.

Deuxième avertissement car ils font écho au texte publié en 1992 à l’occasion du Sommet de la Terre à Rio qui, parafé à l’époque par 1700 chercheurs, avertissait que l’impact des activités de l’homme sur la nature allait « provoquer de grandes souffrances » et « mutiler la planète de manière irrémédiable ». Mais ils n’ont pas été entendus. Confère les indicateurs qu’ils avaient alors mis en avant et qui se sont tous aggravés si ce n’est l’état de couche d’ozone. D’où cette nouvelle prise de position à la dimension jusque là inégalée.

Ces scientifiques montrent qu’en dépit des discours régulièrement tenus dans les conférences mondiales sur le climat ou lors d’événements comme l’Accord de Paris, si tout le monde parle d’urgence, personne ne passe suffisamment aux actes. Pollution, émission de gaz à effet de serre, recours aux énergies fossiles, déforestation, destruction de la biodiversité… Aucun curseur n’évolue positivement.

Les émissions de CO2 repartent à la hausse

Un rapport publié mardi à Bonn dans le cadre de COP 23 par les chercheurs du Global Carbon Project, montre que les émissions mondiales de CO2 sont reparties à la hausse en 2017. Des propos qui confirment les conclusions du dernier rapport du PNUE (agence Environnement de l’ONU) qui regrettait que les états ne fassent pas assez pour tenir les objectifs de l’accord de Paris visant à garder le réchauffement planétaire sous 2°C, voire 1,5°C.

Dans leur appel, les plus de 15 000 scientifiques reviennent sur tous ces éléments, soulignent qu’il faut rompre de manière radicale avec les énergies fossiles mais insistent aussi beaucoup sur deux autres arguments. « Nous mettons en péril notre avenir en refusant de modérer notre consommation matérielle intense (…) et de prendre conscience que la croissance démographique rapide et continue est l’un des principaux facteurs des menaces environnementales et même sociétale » . Et dans les solutions proposées de miser beaucoup sur l’éducation et notamment à destination des femmes.

« Bientôt trop tard »

Ils tentent enfin de montrer que le terme d’urgence n’est pas une formule de style. « Il sera bientôt trop tard pour dévier de notre trajectoire vouée à l’échec, car le temps presse » écrivent-ils, osant même prédire une « misère généralisée ».

Un propos que l’on retrouve dans une synthèse publiée également à l’occasion de la COP 23 par deux réseaux scientifiques internationaux : Future earth et Earth League. Elle explique qu’avec ce réchauffement climatique, la planète se rapproche de « points de bascule ». « Nous ne devrions pas penser que le changement climatique se produira de manière progressive » précisent les chercheurs qui annoncent des changements brutaux – perte de la banquise d’été en Arctique, disparition de glaciers de montagne ou de récifs coraliens… – qui, « menacent la sécurité de l’être humain ». Et le président de l’Earth League de conclure : « il n’y a pas de place pour l’autosatisfaction : le changement climatique est là et il est dangereux » .

Photo de garde : AFP
Angélique Schaller
Article tiré de la Marseillaise  le 15 novembre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s