Gérard Filoche exclu du Parti socialiste

L’ancien inspecteur du Travail, représentant de l’aile gauche du PS, avait publié un tweet mettant en scène Emmanuel Macron, le bras ceint d’un brassard nazi orné d’un dollar à la place de la croix gammée.

L’intéressé s’était excusé en affirmant avoir «été négligent». Le Bureau national du Parti socialiste a exclu du parti ce mardi l’ancien syndicaliste Gérard Filoche, représentant de l’aile gauche du PS, après un tweet antisémite. «Le Bureau national a voté pour l’exclusion de Gérard Filoche, il ne peut plus ni s’exprimer au nom du Parti socialiste, ni être membre de nos instances. Gérard Filoche n’est plus membre du Parti socialiste (…) Il est exclu», a déclaré le coordinateur du PS Rachid Temal au cours d’une conférence de presse. Le BN s’est prononcé à l’unanimité, Gérard Filoche étant absent.

«Il n’est pas possible qu’un dirigeant socialiste écrive un tweet antisémite», a souligné Rachid Temal, qui a aussi regretté que Gérard Filoche ait dans un premier temps parlé d’une «cabale» pour se défendre. Gérard Filoche peut faire appel de cette décision devant la Commission nationale des conflits.

Génard Filoche, qui siégeait jusqu’à présent au bureau national en tant que représentant de l’aile gauche du PS, avait relayé vendredi soir un montage photographique circulant dans la fachosphère, mettant en scène Emmanuel Macron, le bras ceint d’un brassard nazi orné d’un dollar en lieu et place de la croix gammée, devant les drapeaux américain et israélien et des photos de Jacques Attali (économiste), Patrick Drahi (homme d’affaire et fondateur d’Altice, groupe auquel appartient Libération) et Jacob Rothschild (banquier).

Gérard Filoche, cofondateur de SOS Racisme avec Julien Dray et Harlem Désir, a rapidement effacé son tweet et s’est dit «désolé», mais les condamnations de la classe politique ont été unanimes. «Evidemment j’ai été négligent (…) je n’ai pas été attentif, je n’aurais pas dû le faire», s’est à nouveau justifié Gérard Filoche lundi soir sur i24news, reconnaissant un tweet «antisémite». «C’est le capitalisme qui a mis Hitler au pouvoir (…) Hitler a été choisi par le capitalisme et être anticapitaliste c’est aussi être antiraciste, c’est aussi être contre l’antisémitisme. Je hais l’antisémitisme (…) Le capitalisme, c’est lui qui nourrit l’antisémitisme», a-t-il ajouté.

Samedi, Gérard Filoche avait tenté de minimiser son geste. «A priori l’image Macron + argent est totalement banale. Il y en a 100 comme ça. A l’examen, ce montage et sa source sont bad. Dès que je l’ai su, je l’ai retiré aussitôt. Tout à fait désolé ! Quant à la cabale en meute, elle vise autre chose non ?», avait-il tweeté.

Une enquête ouverte

Lundi, le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête à l’encontre de l’ancien trotskiste. Le même photomontage avait déjà été diffusé en février sur le site de l’essayiste d’extrême droite Alain Soral, ce qui lui vaut d’être poursuivi.

Au PS, la véhémence de Gérard Filoche faisait depuis longtemps grincer des dents. «Il y a bien longtemps que le PS aurait dû exclure Gérard Filoche. Je l’avais dit à l’Assemblée nationale le 21 octobre 2014. Et il faut attendre un tweet innommable et antisémite pour engager une procédure d’exclusion», a tweeté l’ancien Premier ministre Manuel Valls. En cause, à l’époque : des propos jugés insultants de Gérard Filoche à l’encontre de Christophe Margerie, l’ancien PDG de Total décédé en Russie dans un accident d’avion. L’ancien premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis avait alors évoqué une «très grande faute» et saisi la Haute autorité du PS. Interrogé sur franceinfo mardi matin, Gérard Cambadélis a reconnu que «certains disaient» que Gérard Filoche n’avait plus sa place au PS «depuis très longtemps». «Moi j’avais toujours fait en sorte que chacun puisse s’exprimer. Il y avait des désaccords qui étaient de type politique (…) Aujourd’hui le désaccord n’est pas politique, il est éthique. Et sur l’éthique, on ne peut pas transiger», a-t-il dit.

Condamnant le caractère «antisémite» du photomontage, le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) a pris la défense de Gérard Filoche, qui n’est «pas un antisémite». «Il a, il y a des années, quitté la LCR (dont le NPA est issu, NDLR), pour adhérer au Parti socialiste. Au sein de ce parti de tous les reniements, Gérard Filoche, à sa façon, a défendu les intérêts du monde du travail. C’est en fait ce qu’on lui reproche», a-t-il écrit sur son site internet.

Photo AFP
Article tiré de Libération  le 21 novembre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :