Derrière la hausse de l’abstention, une France coupée en deux

L’Insee a publié fin octobre un étude sur le comportement des électeurs lors des scrutins de 2017, et son évolution depuis 2002. C’est «avant tout les classes les plus populaires et des jeunes» qui se démobilise, explique l’un des auteurs de l’enquête. Et l’écart entre ceux qui votent le moins et ceux qui votent le plus ne fait que s’accroître. 

Cette année, les élections législatives et présidentielle ont battu des records d’abstention. Ras-le-bol généralisé ? Une récente étude de l’Insee appelle à nuancer l’analyse. Publiés fin octobre, ces chiffres dévoilent le comportement des électeurs lors des scrutins de 2017. L’enquête permet d’analyser les votes par catégories socioprofessionnelles, tranches d’âge, niveaux d’études… Et de les comparer aux élections présidentielle et législatives depuis 2002.

A première vue, l’enseignement majeur de cette enquête est que l’abstention s’est considérablement amplifiée cette année. La preuve en chiffres : en 2002, 2007 et 2012, près d’un électeur sur deux a voté à tous les tours de ces scrutins. En 2017, on est passé à un électeur sur trois.

Pas une véritable surprise, quand on se souvient des records d’abstention (1) battus au second tour de la présidentielle et aux législatives. Sauf que, quand on regarde de plus près la participation électorale en 2017, on se rend compte que le phénomène est loin de concerner toute la société. L’étude de l’Insee révèle en fait que la hausse de l’abstention ne concerne qu’une partie très précise de la population.

«L’ouvrier et le cadre ne votent pas de la même manière»

Pour Jean-Yves Dormagen, professeur de sciences politiques à l’université de Montpellier, ce serait «une erreur d’analyse» de croire que tous les électeurs sont autant concernés : «Il n’y a pas de démocratisation de l’abstention : l’ouvrier et le cadre ne votent pas de la même manière.»

Selon le professeur, qui a participé à cette enquête, les inégalités se sont considérablement renforcées en 2017 : «Ce n’est pas n’importe qui se démobilise. Il s’agit avant tout des classes les plus populaires et des jeunes.»

Pour Céline Braconnier, directrice de Sciences-Po Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), le niveau d’études est le «critère le plus discriminant». Certes, l’école apporte des clés de compréhension de la politique mais, selon la professeure, c’est davantage une question de «légitimit黫Plus le diplôme est élevé, plus on a le sentiment d’avoir le droit de prendre la parole», explique-t-elle. Selon cette spécialiste de l’analyse des comportements électoraux, il y a une véritable «hiérarchisation» selon le niveau d’études. Le diplômé de grande école votera plus systématiquement que le titulaire d’un BTS, qui lui même votera plus systématiquement que celui qui s’est arrêté au bac, etc.

L’âge a aussi toujours été un déterminant important de la participation électorale. Céline Braconnier détaille : «Plus on est intégré professionnellement, plus on parle de politique. L’intégration sur le marché du travail est de plus en plus tardive, d’où ces écarts plus importants au fil des années.» Un autre facteur expliquerait ces chiffres : «Fonder une famille est aussi décisif, car avoir des enfants incite à montrer l’exemple en accomplissant son devoir civique.»

Si l’intégration professionnelle est autant déterminante dans la participation électorale, comment expliquer de tels écarts entre catégories socioprofessionnelles (CSP) ? «Certains individus cumulent des facteurs conduisant à l’abstention, répond Céline Braconnier. Si on est moins diplômé, qu’on a un emploi instable et peu de patrimoine… Les effets sont cumulatifs. Le contraste parmi les groupes d’ouvriers est très intéressant. On remarque que les ouvriers qualifiés ou ceux très syndiqués, comme dans le secteur de l’automobile, participent beaucoup plus que le reste de cette CSP.»

Jusqu’à deux fois plus de chances de voter selon le profil

Pour rendre compte des déterminants de l’abstention, Jean-Yves Domargen a établi deux profils types :

– Claude, une femme de 52 ans, titulaire d’un bac +5 et travaillant comme cadre supérieure. Pacsée, elle vit en couple et a deux enfants. Elle a 96% de chances de voter au premier tour de l’élection présidentielle.

– Daniel, un homme de 27 ans, qui a arrêté d’étudier après le collège et est devenu ouvrier. Célibataire, il est père de deux enfants. Il a 61% de chance de s’abstenir au premier tour de l’élection présidentielle.

Pourtant, comme le rappelle Céline Braconnier, la présidentielle est nettement moins clivante que les législatives : «C’est la seule élection qui mobilise beaucoup d’ouvriers et de jeunes.» Et malgré cela, ces profils sociaux type révèlent tout de même de grandes inégalités.

Ces différences dans la participation électorale entre catégories de populations sont de plus en plus visibles à chaque scrutin depuis 2002. Et «2017 a considérablement amplifié des dynamiques qu’on enregistre depuis quinze ans», note Céline Braconnier.

Ceux qui votaient moins votent encore moins

Ces «dynamiques» évoquées par la directrice de Sciences Po peuvent se résumer ainsi : l’écart entre ceux qui votent le moins et ceux qui votent le plus ne fait que s’accroître au fil des élections. Et cette tendance aurait pris une ampleur inédite lors des scrutins de cette année.

Pour Céline Braconnier, les chiffres de l’Insee illustrent qu’une France «plus diplômée, plus riche, plus âgée» a beaucoup plus voté en 2017. Des électeurs finalement «peu représentatifs» de la réalité du pays.

Le désaveu de la politique est donc de plus en plus marqué socialement. Et la participation électorale révèle de profondes inégalités. D’un côté, une France âgée, plutôt aisée économiquement, qui a fait des études supérieures – qui continue à voter. Et de l’autre, une France jeune, moins diplômée, plus démunie financièrement – qui vote elle de moins en moins.

(1) Relativiser «l’abstention systématique» 13,4% des inscrits n’ont pas du tout voté aux élections de cette année. Un chiffre en hausse par rapport aux précédentes échéances. D’après le professeur de sciences politique Jean-Yves Dormagen, ce chiffre est à prendre à la légère : «très peu de personnes» ne voteraient pas du tout par pure conviction politique. «Si on enlève les gens en déplacement le jour des élections, les malades, les mal inscrits et les gens très âgés, il ne reste pas beaucoup de monde.» C’est plutôt l’abstention uniquement à certains tours – le vote intermittent – qui marque cette élection.

Louis Tanca
Article tiré de Libération  le 22 novembre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :