Maltraités, les retraités interpellent leurs députés

L’intersyndicale des retraités, FO, USR CGT, Unir’s Solidaires, FSU, FGR fonction publique et LSR s’est rassemblée sur le Vieux-Port, jeudi. Hausse de la CSG, baisse des APL, suppression de la demi-part… après des décennies de travail, leur statut est attaqué par le gouvernement.

« On nous frappe de tous côtés, c’est jusqu’à la fin des contrats aidés qui nous concerne, l’aide à domicile est remise en cause. On veut nous priver de notre système de protection sociale pour le remplacer par ce qu’ils appellent du Social Business Act », décrit la représentante de Solidaires. Ils ont passé des décennies à trimer et c’est aujourd’hui leur pouvoir d’achat et leur statut qui sont sur le grill du gouvernement. Ils étaient jeudi ainsi à plus d’une centaine réunis sous l’ombrière pour dénoncer les multiples attaques dont ils sont la cible.

« On a perdu 20% de notre pouvoir d’achat en moins de 15 ans » fait le calcul Roland Audibert de l’USR CGT 13. Et les mesures que s’apprête à prendre le président Macron vont aggraver la situation. « 25% d’augmentation de la CSG, Suppression de la demi-part pour les personnes seules ayant élevé un enfant, la fiscalisation des majorations familiales pour les familles ayant élevé 3 enfants et plus, la baisse des APL, l’augmentation du forfait hospitalier», listent les syndicats, sans compter les annonces « d’une année blanche pour les retraites », de « la fusion ARRCO/AGIRC » qui va impacter les montants des pensions et que le gouvernement a pioché dans les cartons du patronat pour les mettre à jour avec la réforme des retraites.

« Les retraités, après 40 ans de travail méritent mieux que ça » affichent les banderoles. Ces régressions sociales constituent en réalité de véritables attaques des fondamentaux du modèle de solidarité français issu du CNR. Les retraités ont écrit un courrier collectif à destination des députés de Marseille pour y présenter leur revendications et propositions. Ils ont même invité ces élus à les rejoindre ce jour-là sous l’ombrière. Force est de constater qu’en dehors de la présence du conseiller d’arrondissement communiste Jean-Marc Coppola, pas l’ombre d’un député sur le Vieux-Port.

« Un mépris écrasant »

« Nous avons eu quelques réponses par mail » continue de présenter le syndicaliste, « Valérie Boyer a dit avoir déposé un amendement contre l’augmentation de la CSG, Guy Tessier a déclaré avoir voté contre la loi, mais le débat n’est pas fini, et l’attaché parlementaire d’Alexandra Louis doit nous contacter dès que la permanence est ouverte. Autant dire qu’on reste très sceptique, aucun ne nous convie à la rencontre ». De Même le délégué FO rappelle qu’une lettre des 9 organisations a été adressée au président Macron en juillet. « Sa réponse fut d’un mépris écrasant pour les 16 millions que nous sommes, déplore un militant FGR, il a décliné le rendez-vous pour des raisons d’agenda ».

« Ni nantis, ni fainéants, ni enfants gâtés, ni privilégiés », les retraités continuent donc le combat sans les députés. Et réitère leur demande d’entretien au gouvernement. Car si Macron a décidé de mettre fin à toute forme de solidarité, les retraités s’y cramponnent, bien décidés à ne pas se laisser plus enfoncer dans la précarité.

Myriam Guillaume
Article tiré de la Marseillaise  le 24 novembre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s