Violences faites aux femmes – Les communistes lancent une campagne nationale

Le PCF dénonce la « duplicité » du gouvernement sur les violences faites aux femmes et propose la mise en place de politiques publiques à hauteur d’un milliard d’euros.

Des jeunes, flanqués de symboles de superhéros s’enlacent et forment une chaine humaine multicolore. « Ensemble, organisé-e-es, plus fort-e-s contre les violences faites aux femmes » lit-on sur cette affiche du PCF, qui lance une nouvelle campagne nationale contre les violences faites aux femmes. « L’actuel mouvement de libération de la parole des femmes, d’une ampleur mondiale, correspond par son importance à une nouvelle phase du combat féministe », a rappelé vendredi Pierre Laurent lors d’une conférence de presse. « Ce mouvement doit déboucher sur des solutions politiques fortes, y compris au sein même du parti et transformer tout ce qui doit l’être pour se mettre à la hauteur », affirme le secrétaire national du PCF, qui rappelle que si 48% des adhérentes sont des femmes, seules 20% exercent des responsabilités départementales. Lors de son assemblée des secrétaires de sections, dimanche dernier, un fascicule à usage interne, intitulé « Violences sexistes et sexuelles tolérance Zéro »  et qui détaille un modèle de plainte, avait été distribué aux mille participants.  Convaincu que ce combat est «  un des plus puissants leviers pour émanciper le monde », Pierre Laurent s’est engagé à ce que le PCF amplifie son action pour faire reculer « la tolérance sociale qui existe toujours face à ces violences ».

La sénatrice du Val-de-Marne Laurence Cohen a de son côté dénoncé le double langage gouvernemental, dont les décisions récentes vont à l’encontre du discours et des promesses d’Emmanuel Macron. Elle a notamment rappelé le rejet d’un amendement déposé par son groupe au projet de loi de finances de la sécurité sociale (PLFSS) visant à pénaliser davantage les entreprises ne respectant pas la loi sur l’égalité des salaires, ou le choix d’asphyxier financièrement les associations, « à qui l’Etat demande pourtant de prendre en charge les victimes avec de moins en moins de moyens ».  « Tout le monde peut avoir la main sur le cœur, mais dans les faits, on ne voit rien », regrette Laurence Cohen, qui avait été à l’initiative, en 2013, avec la députée Marie-George Buffet, d’une proposition de loi cadre contre les violences faites aux femmes….votée uniquement par les parlementaires communistes.

Pour l’avocate féministe Laurène Questiaux, l’encouragement à porter plainte, « même contre X et même si les faits sont prescrits », comme l’invite la campagne du PCF, peut aussi permettre de mieux connaître l’ampleur du phénomène par le biais des statistiques notamment. « Se reconnaitre victime est une démarche politique » explique l’avocate, qui rappelle que « si les violences sont possibles, c’est qu’elles sont autorisées ». Marie Cervetti, Directrice de l’association « FIT, une femme, un toit », l’unique centre d’hébergement de réinsertion sociale pour les femmes victimes de violences, en sait quelque chose. « Ces femmes sont hors radar des politiques publiques et les plaintes sont rarement prises au sérieux ». Marie Cervetti raconte le cas d’une jeune femme, qui avait déjà déposé six plaintes pour violences et donc le conjoint est venu devant le centre d’hébergement pour tenter de l’étrangler. Sa septième plainte n’a jamais eu de suites. « 1% de violeurs seulement est condamné » rappelle Hélène Bidard, adjointe à la maire de Paris à l’égalité femmes-hommes,  qui préconise une prise en charge à 100% » des syndromes post-traumatiques et « le retour à un ministère des Droits de femme de plein exercice», qu’Emmanuel Macron n’a pas hésité à supprimer.

Maud Vergnol
Article tiré de l’Humanité  le 26 novembre 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s