Iran – Malgré l’appel au calme d’Hassan Rohani, les protestations continuent

Quatre jours après le début des manifestations contre le pouvoir et les difficultés économiques qui ont touché de nombreuses villes de province et la capitale Téhéran, le président Hassan Rohani a pris la parole pour appeler au calme et rejeter les violences tout en prônant des espaces pour que les gens puissent exprimer leurs critiques. Des manifestations se sont cependant poursuivies ce dimanche 31 décembre dans plusieurs villes du pays, et les violences de la nuit ont fait 10 morts à l’échelle du pays, selon la télévision iranienne.

Malgré l’appel du président Rohani et les mesures prises, des manifestations sporadiques ont eu lieu dimanche 31 décembre dans au moins une dizaine de villes de provinces où des manifestants ont attaqué des banques, des bâtiments publics et même des centres religieux. Ces manifestations semblaient moins importantes que celles de samedi soir.

Deux personnes ont toutefois été tués par balles lors de protestations qui ont touché la ville d’Izeh dans le sud-ouest de l’Iran, a affirmé le député local Hedayatollah Khademi. Il a affirmé ne pas savoir si les tirs provenaient des manifestants ou des forces de l’ordre. Ces dernières font preuve de retenue malgré la violence de certaines manifestations. Le bilan total des violences nocturnes se monte lui à 10 morts, selon la télévision iranienne.

Après la surprise des premiers jours, le pouvoir iranien a réagi face aux manifestations parfois violentes qui ont touché depuis jeudi dernier de nombreuses villes de province et dans une moindre mesure la capitale Téhéran.

Mise en garde

Le ministre de l’Intérieur a lancé une mise en garde contre les ceux qui utilisent la violence et créent des désordres en affirmant qu’ils allaient payer pour leurs actes.

De même, le gouvernement a limité l’accès aux réseaux sociaux pour empêcher les manifestants et les groupes d’oppositions basés à l’étranger de les utiliser pour appeler à des rassemblements.

Le président Rohani, tout en rejetant les violences, a tenté de calmer les esprits en affirmant qu’il fallait créer des espaces pour permettre aux gens d’exprimer leurs critiques et même manifester légalement. Le mouvement de protestation a, en tout cas, été très faible à Téhéran où plusieurs centaines de personnes seulement ont manifesté sur une population de plus de huit millions d’habitants.

Photo AFP
Article tiré de RFI . le 1er janvier 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s