Manifestation de l’opposition russe – Alexeï Navalny libéré mais inculpé

Plusieurs milliers de personnes ont répondu à l’appel d’Alexeï Navalny à Moscou, dimanche 28 janvier 2018. Mot d’ordre des partisans de l’opposant à Vladimir Poutine : le boycott de l’élection présidentielle du 18 mars, auquel il n’aura pas le droit de participer. Les manifestations avaient été déclarées illégales par les autorités, et Alexeï Navalny a été arrêté dans la matinée. Il a été libéré huit heures plus tard.

L’opposant numéro un au Kremlin et ses soutiens s’étaient donné rendez-vous dans la rue pour dénoncer la « supercherie » de l’élection présidentielle de mars prochain. Mais Alexeï Navalny n’aura pas pu participer à l’évènement. Il a été interpellé par une dizaine de policiers quelques minutes à peine après son arrivée.

« On m’a libéré », a-t-il annoncé sur Twitter huit heures plus tard, après la manifestation. « Aujourd’hui était un jour important (…) Merci à tous ceux qui n’ont pas peur de se battre pour leurs droits. » Alexeï Navalny a été inculpé pour « violation des procédures concernant l’organisation d’une manifestation ».

Navalny empêché de défiler, une habitude

« C’est devenu une habitude maintenant. A chaque fois qu’il y a une manifestation, Navalny est arrêté. Pourquoi ils font ça ? Parce qu’ils veulent faire peur aux gens et les empêcher de s’exprimer », confiait un partisan de l’opposant à notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot, au cours de la manifestation.

Et d’ajouter : « Durant sa campagne, Navalny a été arrêté plusieurs fois. Je pense que c’était pour l’empêcher de se déplacer dans le pays. Beaucoup de gens découvrent son existence à l’occasion de ses déplacements. Donc, en l’arrêtant, ce qu’ils veulent empêcher, c’est que de plus en plus de gens le connaissent. »

Manifestation de l’opposition à Moscou, le 28 janvier 2018.REUTERS/Sergei Karpukhin

L’opposant risque encore la prison ferme

Malgré l’interpellation de leur candidat, et les injonctions de la police relayées par mégaphone, les partisans d’Alexeï Navalny ont poursuivi la manifestation, dimanche dans la capitale russe. Certains se sont rendus près de la place Rouge, d’autres sont allés défier les forces de police devant le siège du gouvernement.

Quant à l’opposant, il sera fixé dans les prochains jours. Il risque d’être de nouveau condamné à une peine de prison ferme, pour avoir appelé à participer à des manifestations illégales. Dimanche matin, la police s’est rendue dans différents locaux qui lui sont liés. Plusieurs personnes ont été arrêtées, selon son équipe.

Appel au boycott de la présidentielle : un rendez-vous réussi ?

A Moscou, près de 4 000 personnes se seraient rassemblées, selon les estimations de l’Agence France-Presse. Elles étaient environ 1 000, selon la police. A Saint-Pétersbourg, quelque 1 500 manifestants ont défilé, selon la police, encerclés eux aussi par d’importants effectifs policiers, avant de se disperser. Plusieurs milliers d’autres partisans de l’opposition se sont réunis dans près de 120 villes de province, dont Nijni-Novgorod, Tcheboksari, Tomsk, ou encore Iakoutsk, malgré une température de -45°C. Selon l’ONG russe OVD-Info, au moins 257 militants ont été arrêtés dans tout le pays.

Photo de garde : REUTERS – Vincent Kessler
Article tiré de RFI  le 29 janvier 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s