Pour Amnesty, Emmanuel Macron est loin d’être «exemplaire» sur le respect des droits humains

Dans son rapport annuel rendu jeudi, l’organisation non-gouvernementale dresse un panorama sombre des droits fondamentaux dans le monde. Et n’épargne pas la France. 

Un premier bilan sévère. Dans son rapport annuel rendu public jeudi, Amnesty International déplore que la France ne joue pas le rôle exemplaire qu’elle devrait. Certes, dans le sombre panorama mondial dressé par l’organisation, l’Hexagone n’est pas le théâtre des pires violations. Mais elle pourrait faire plus, y compris sur son propre territoire. «Emmanuel Macron avait porté des messages forts en matières de droits humains. Neuf mois après son élection, force est de constater que ce discours ne s’est pas traduit dans les faits», juge la directrice de l’action d’Amnesty International France, Catherine Gaudard.

Il y a d’abord les droits des exilés. Le projet de loi asile et immigration, présenté mercredi en Conseil des ministres, en est l’illustration : «les réfugiés sont protégés tandis que les migrants sont éloignés», analyse Gaudard, regrettant «le discours réducteur et néfaste» qui oppose les premiers aux seconds. L’organisation critique aussi l’externationalisation de la politique migratoire européenne à des Etats tiers, comme la Libye, sans exiger de garanties sur le respect des droits humains. Ces politiques migratoires, «destinées à empêcher l’arrivée à nos frontières de réfugiés», sont tout simplement «désastreuses» pour la présidente d’Amnesty France, Cécile Coudriou.

Atteintes continues aux libertés publiques

Le nouveau président français déçoit aussi l’ONG par les atteintes continues aux libertés publiques, au nom de la lutte contre le terrorisme. Et ce alors que Macron avait pris des engagements fermes pendant la campagne, notamment sur l’état d’urgence. Le 1er novembre, l’exécutif a levé cet état d’exception, mais en a inscrit dans le droit commun une version légèrement édulcorée. Perquisitions administratives, assignations sur un territoire et fermetures de lieux de cultes sont entrées dans l’arsenal ordinaire des forces de l’ordre, critique Amnesty.

Bien sûr, la situation est autrement plus préoccupante ailleurs : aux Philippines, où le président Duterte est engagé dans une sanglante guerre contre la drogue, en Birmanie, où le «discours de haine contre les Rohingas et le système s’apparentant à l’apartheid sont tels qu’ils correspondent à des crimes contre l’humanité», selon Cécile Coudriou. Ou encore en Egypte et en Chine, dont les régimes multiplient les atteintes aux droits humains.

L’espoir de mobilisations spontanées

Mais sur ces sujets aussi, la France ne s’implique pas assez, considère l’ONG. Amnesty note ainsi avec satisfaction le «volontarisme» affiché par Macron, qui a abordé la question des droits humains avec Poutine ou Erdogan… tout en relevant une attitude bien différente lorsque des intérêts commerciaux hexagonaux sont en jeu. C’est le cas de l’Egypte, important client des armes tricolores depuis 2015, et de son président Sissi, à qui Macron a dit ne pas vouloir donner des leçons. «Il est difficile de voir une ligne claire dans la politique de Macron», regrette Catherine Gaudard.

«En Egypte, il est avéré que le régime réprime la population, il y a un risque que les armes françaises soient utilisées», poursuit-elle. De même au Yémen, ravagé par la guerre dans laquelle s’est engagée la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, tous deux acheteurs d’armes françaises. «Le traité sur le commerce des armes [auquel la France est partie, ndlr] impose de prendre en compte le risque de violation des droits humains dans les transferts d’armes», insiste Gaudard. Interrogée sur ces ventes à Riyad et Abou Dhabi, la ministre des Armées, Florence Parly, affirmait récemment que ces armes «n‘étaient pas censées être utilisées»

Seule note d’espoir pour Amnesty : les mobilisations spontanées pour défendre les droits humains. Par exemple en France, où des cordées citoyennes se sont constituées pour assister les migrants dans les Alpes. L’organisation rappelle néanmoins que certains, Cédric Herrou ou la responsable d’Amnesty Martine Landri, sont poursuivis par les autorités françaises pour ces élans de solidarité.

Photo de garde : AFP – Philippe Wojazer
Pierre Alonso
Article tiré de Libération  le 22 février 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :