Oscars 2018 – «La Forme de l’eau», de Guillermo del Toro, domine la cérémonie

Le film du cinéaste mexicain remporte quatre statuettes : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure direction artistique et meilleure musique originale.

Le réalisateur mexicain Guillermo del Toro, grand vainqueur de la 90e cérémonie des Oscars, a remporté dimanche 4 mars l’Oscar du meilleur film et celui du meilleur réalisateur pour son conte fantastique La Forme de l’eau, lors d’une soirée marquée par des messages contre les violences sexuelles et la politique anti-immigration du président américain Donald Trump.

Le réalisateur mexicain de 53 ans, connu pour les monstres, vampires et super-héros peuplant ses œuvres, assure avoir réalisé cette fois « son premier film d’adulte »« Les monstres sont les saints patrons de nos merveilleuses imperfections », expliquait-il en recevant en janvier le Golden Globe du meilleur film, pour sa romance fantastique entre une muette employée d’un laboratoire gouvernemental secret qui tombe amoureuse d’une créature reptilienne captive. Le tout s’est retrouvé à l’écran grâce à la magie du cinéma.

Et La Forme de l’eau, nommé 13 fois et qui repart avec 4 statuettes, est son « œuvre maîtresse jusqu’à présent », car « il manquait jusqu’alors un trait de caractère de Guillermo dans ses films, l’humour », estime Leonardo Garcia-Tsao, critique de cinéma et vieil ami du cinéaste.

Frances McDormand obtient l’Oscar de la meilleure actrice pour « 3 Billboards, Les panneaux de la vengeance ».

Frances McDormand obtient l’Oscar de la meilleure actrice pour 3 Billboards, Les panneaux de la vengeance. A 60 ans, la comédienne entre dans le club très privé des actrices deux fois oscarisées. Elle avait décroché une première statuette en 1997 pour son rôle de policière enceinte et tenace dans Fargo, des frères Coen.

Gary Oldman, Oscar du meilleur acteur.

Gary Oldman remporte lui l’Oscar du meilleur acteur pour Les Heures sombres. Il s’agit de sa première statuette. Il était donné favori après avoir gagné, entre autres, lors des Golden Globes et des Screen Actors Guild Awards.

Le compositeur français Alexandre Desplat a décroché dimanche son deuxième Oscar pour la bande-originale de La Forme de l’eau, confirmant sa place aux côtés de musiciens français mythiques comme Georges Delerue, Maurice Jarre ou Michel Legrand.

Pixar encore gagnant

Coup de cœur du public, Coco, qui raconte l’histoire d’un petit garçon poursuivant ses rêves sur fond de la fête des morts au Mexique, a remporté l’Oscar du meilleur film d’animation. C’est la sixième victoire d’affilée pour le groupe Disney, qui a racheté en 2006 Pixar, vainqueur à trois reprises sur cette série avec CocoVice Versa et Rebelle. Sur les onze dernières cérémonies, Pixar l’a emporté sept fois, et le groupe Disney dans son ensemble, dix fois.

Ce dessin animé, que son co-réalisateur Lee Unkrich qualifie de « lettre d’amour au Mexique », est le premier du studio Pixar s’immergeant totalement dans une cultureétrangère. C’était un pari risqué à un moment où Donald Trump a accédé à la présidence des Etats-Unis en usant durant sa campagne électorale d’une rhétorique anti-Mexicains.

#metoo présent

Une vidéo a été diffusée pour se remémorer une année particulière, marquée par l’affaire Weinstein, le mouvement #metoo et plus généralement davantage d’ouverture d’Hollywood aux minorités. La séquence a été présentée par Ashley Judd, Salma Hayek et Annabella Sciorra, trois actrices qui ont été harcelées sexuellement et menacées par le producteur Harvey Weinstein, la dernière affirmant même avoir été violée par le magnat déchu.

La vidéo s’est ouverte sur une autre actrice harcelée par Harvey Weinstein, Mira Sorvino, qui a expliqué que, depuis l’automne, avec les mouvements #metoo et Time’s Up, « tout le monde a maintenant une voix pour exprimer quelque chose qui se déroule depuis toujours, pas seulement à Hollywood, mais dans toute la société ».

Mais le propos s’est rapidement élargi à l’ensemble des films qui ont ouvert de nouvelles voies à Hollywood depuis l’an dernier, de The Big Sick, dont le héros est d’origine pakistanaise, à Black Panther, premier film Marvel dédié à un super-héros noir, en passant par Lady Bird, réalisé par une femme, Greta Gerwig – par ailleurs snobé par l’académie, puisqu’il repart sans aucune récompense.

« Certains de mes films préférés sont faits par des gars blancs sur des gars blancs », a expliqué, dans la vidéo, Kumail Nanjiani, héros de The Big Sick et co-scénariste du film. « Aujourd’hui, des types blancs peuvent voir des films avec moi à l’affiche et se sentir touchés », a-t-il ajouté : « Ce n’est pas si difficile, c’est ce que j’ai fait toute ma vie. »

Retrouvez tout le palmarès ci-dessous :

  • Film : La Forme de l’eau de Guillermo del Toro
  • Réalisateur : Guillermo del Toro pour La Forme de l’eau
  • Actrice : Frances McDormand pour 3 Billboards, Les panneaux de la vengeance
  • Acteur : Gary Oldman pour Les Heures sombres
  • Actrice dans un second rôle : Allison Janney dans Moi, Tonya
  • Acteur dans un second rôle : Sam Rockwell dans 3 Billboards, Les panneaux de la vengeance
  • Scénario original : Get Out, scénario de Jordan Peele
  • Adaptation : Call Me by Your Name, adapté par James Ivory
  • Film d’animation : Coco des studios Pixar
  • Film en langue étrangère : Une Femme fantastique de Sebastian Lelio
  • Documentaire : Icarus de Bryan Fogel et Dan Cogan
  • Meilleure photographie : Blade Runner 2049 de Roger A. Deakins
  • Musique originale : Alexandre Desplat pour La Forme de l’eau
  • Chanson originale : Remember Me, dans le film d’animation Coco, musique et paroles de Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez
  • Direction artistique : Paul Denham Austerberry, Shane Vieau et Jeffrey A. Melvin, La Forme de l’eau
  • Costumes : Mark Bridges, Phantom Thread
  • Montage son : Richard King et Alex Gibson, Dunkerque
  • Mixage son : Richard King et Alex Gibson, Dunkerque
  • Effets spéciaux : Blade Runner 2049, John Nelson, Gerd Nefzer, Paul Lambert et Richard R. Hoover
  • Montage : Lee Smith, Dunkerque
  • Maquillage et coiffure : Kazuhiro Tsuji, David Malinowski et Lucy Sibbicki, Les heures sombres
  • Court-métrage documentaire : Heaven is a traffic jam on the 405, de Frank Stiefel
  • Court-métrage : The Silent Child de Chris Overton et Rachel Shenton
  • Court-métrage d’animation : Dear Basketball de Glen Keane et Kobe Bryant

Photo de garde : REUTERS – Mike Blake
Article tiré du Monde  le 5 mars 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s