Quel avenir pour l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens ?

Près de 70 pays donateurs se sont réunis ce jeudi 15 mars à Rome pour discuter de l’avenir de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Elle est confrontée à une crise financière sans précédent à la suite du gel des financements des États-Unis qui était le principal bailleur de fonds jusqu’à présent.

L’administration Trump n’a alloué jusqu’ici que 60 millions de dollars à l’UNRWA pour 2018, contre 360 millions en 2017. Parmi les réfugiés, plus de 500 000 enfants étudient dans les écoles de l’UNRWA qui est aussi essentielle pour ses aides médicales.

Le commissaire général de l’agence de L’ONU en charge des réfugiés palestiniens, Pierre Krähenbühl, a confirmé que la crise financière est la pire depuis 1949, c’est-à-dire depuis la fondation de l’UNRWA.

« Quand vous investissez comme l’UNRWA le fait dans l’éducation pour un demi- million de garçons et de filles, dans 700 écoles à travers le Moyen-Orient, vous investissez dans l’avenir. Et, comme chacun d’entre nous, les jeunes palestiniens ont cette aspiration. Ils veulent un avenir digne. Et donc, je pense que l’UNRWA est une organisation dans ce sens là, totalement unique et exemplaire, parce que nous gérons un système scolaire entier. Je disais récemment, dans une rencontre avec le président de la République Emmanuel Macron que l’appel que je lançais à La France, c’est de nous aider à sauver ce système scolaire. Si vous pensez à l’instabilité qui existe au Moyen-Orient, si vous pensez aux risques de radicalisation, si on pense à la possibilité de voir de nouveaux mouvements migratoires au niveau de l’Europe, c’est un investissement qu’il faut protéger ; dont il faut être fier chaque jour de l’année », explique-t-il.

L’agence onusienne apporte son aide à plus de trois millions de Palestiniens, sur les quelque cinq millions, enregistrés comme réfugiés dans les Territoires palestiniens, en Jordanie, au Liban ou en Syrie.

Plusieurs pays ont promis des dons

Grâce à la campagne, à peine lancée, et intitulée « La dignité n’a pas de prix », l’agence espère lever un demi-milliard de dollars pour combler un déficit évalué à « 446 millions de dollars ».

Outre le Koweït qui avait déjà promis 900 000 dollars, plusieurs pays se sont engagés à participer au sauvetage de l’UNRWA. Parmi ces derniers le Qatar, la Suisse, la Turquie, la Nouvelle-Zélande et la France. Toutefois, la somme ne dépasserait pas 100 millions de dollars. D’autres pays ont promis de verser davantage, à l’avenir, mais sans donner de détails. Et, à Rome, aucun geste n’est venu en provenance des États- Unis.

Photo de garde : AFP – Mohammed Abed
Anne Le Nir
Article tiré de RFI  le 15 mars 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s