Marseille – Les avocats refusent une justice privatisée

La quasi-totalité du barreau de Marseille était en grève mercredi matin, comme dans l’ensemble du pays, pour lutter contre une réforme du système judiciaire par ordonnance. Avocats et bâtonniers se dressent, aux côtés des justiciables, contre la déshumanisation de ce service public. Le mouvement est reconduit jusqu’au 23 mars.

La tempête de neige qui s’est abattue aux marches du palais de Marseille n’a pas découragé pour autant avocats et justiciables de participer amplement au mouvement de grève national pour s’opposer à une nouvelle réforme de l’institution qui se fait sur le dos de tous et sans aucune véritable concertation.

Pour introduire cette journée, Geneviève Maillet, bâtonnière, « Les avocats du barreau de Marseille ont toujours été à l’avant-garde sur tout ce qui concerne les évolutions de la justice. Mais personne ne s’attendait que par voie d’ordonnance l’on échappe à l’indispensable discussion parlementaire que nécessite la réforme. En synthèse, nous voulons une justice moins chère, plus rapide mais pas d’une justice au rabais, nous ne voulons pas que l’on se moque de nous par voie d’ordonnance. Il faut au contraire travailler tous ensemble. »

Au cœur de la réforme

Mais quelles sont les réelles visées de ce gouvernement qui, dans les grands sujets qui agitent notre société, ne cesse de vouloir imposer ses réformes à la hussarde. « Les ordonnances tendant à devenir la règle pour les faire passer, comme cela a été le cas pour la loi Travail », s’indigne maître Roger Vignaud, qui n’est pas avare d’explications pour démontrer la dangerosité de cette méthode. « Pourtant, poursuit-il, le projet de loi sur le chantier de la justice était attendu avec impatience par tous les professionnels et les justiciables.

N’oublions pas qu’avec 64 euros par habitant et par an que lui consacre le gouvernement, le budget de la justice française est au 23e rang sur 28 au sein de l’Union européenne ». Avec pour conséquence le manque de moyens matériel et humain qui handicape certaines juridictions. Or au lieu de remédier à cet état et de « proposer une véritable réforme ambitieuse » en palliant ces carences, ce qui contribuerait à « réduire sensiblement les délais excessifs de jugement, le projet a pour seul objectif la réduction des coûts en dématérialisant et en privatisant à outrance les services der la justice ».

Et pour, illustration de ces propos, l’avocat évoque « la suppression de la comparution du justiciable dans le cadre des affaires de divorce ou de modification du montant de la pension alimentaire, comme dans les petits litiges de la vie courante pour lesquels la procédure sera entièrement dématérialisée. Plus de juges, plus d’audiences », déplore Roger Vignaud. Et plus grave encore, le fait que soit confiée la résolution en ligne des litiges à des entreprises privées. « Il en serait ainsi fini du service public, s’indigne Geneviève Maillet, mais nous sommes bien au cœur même de la philosophie de cette réforme ».

En fait affirme l’avocat Philippe Chaudon, les droits de l’Homme sont la variable d’ajustement de la réforme de la justice. On va utiliser tout ce qui peut l’être en matière d’absence de garanties de droits et de liberté pour faire en sorte de ne pas mettre les moyens qu’il faut pour ne pas sauvegarder les droits de tous les citoyens. « Le projet d’ordonnance est une atteinte à ces droits parce ce que ce gouvernement veut éviter de mettre des moyens pour parvenir à une rentabilité de la justice. Et arriver à ce que nous pensions imaginer être de la science fiction, du type 1984 de George Orwell ».

Photo twitter@Marseilleavocat
Gérard Lanux
Article tiré de la Marseillaise . le 22 mars 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s