Appréhender les problèmes du milieu carcéral, « pour faire avancer les choses »

La députée Muriel Ressiguier (FI) a longuement visité la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, où les surveillants pénitentiaires avaient été en grève en janvier dernier. Parmi les préoccupations de l’élue  : les questions de surpopulation chronique, de manque d’effectif et de gestion des problèmes psychiatriques.

En tant que parlementaire, la députée de l’Hérault Muriel Ressiguier (France insoumise) a la possibilité de visiter à son bon vouloir les lieux de privation de liberté. Après des centres de rétention administrative (CRA) et des unités psychiatriques, hier, elle avait décidé d’user pleinement de son droit à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone. Durant plus de trois heures, elle a voulu tout voir, tout entendre, tout comprendre. Objectif : «appréhender le milieu carcéral », détecter des problématiques « et les traduire politiquement pour faire avancer les choses ».

A Villeneuve, la première de ces problématiques est la surpopulation. Ici, le taux d’occupation est de 150% : 911 détenus pour 623 places. Avec un turn-over important : en 2016, 1 516 personnes sont passées par les cellules de la maison d’arrêt. Ce surencombrement affecte toutes les activités de la prison. Au quartier des arrivants - qui permet une acclimatation à l’enfermement, la compréhension du fonctionnement de l’établissement et la rencontre avec tous les services (unité sanitaire, défenseur des droits, direction, Education nationale, service d’insertion et de probation…) - les détenus passent plutôt 4 à 5 jours que les 7 à 14 recommandés. Par la suite, alors que l’encellulement individuel devrait être la norme, les détenus peuvent être trois par cellule. A la blanchisserie, où les prisonniers peuvent travailler pour 2 euros à 3,50 euros de l’heure suivant leur poste, « la capacité est suffisante pour assurer le renouvellement du linge de couchage, mais on est un peu à l’étroit », confie Patrick Paris, directeur de la maison d’arrêt depuis septembre dernier.

La question de la surpopulation est pourtant primordiale : « on sait que le surencombrement dénature la peine, la dignité des personnes et le travail des agents », poursuit Patrick Paris. Interpellée par un représentant syndical sur le manque de moyens humains et matériels, Muriel Ressiguier a promis de revenir très vite à la maison d’arrêt pour rencontrer les deux syndicats de l’établissement (FO et Ufap-Unsa). « Les personnels que j’ai rencontrés sont des gens investis dans leur métier, mais pour ceux qui estiment qu’ils n’ont pas les moyens d’accomplir leur tâche, c’est une souffrance », estime-t-elle.

Quelle place pour les détenus aux troubles psychiatriques ?

Elle profitera également de ce rendez-vous pour visiter l’unité sanitaire et rencontrer son médecin-chef, absent hier. Car l’une des préoccupations de la députée concerne en particulier la gestion des pathologies psychiatriques des détenus et la question de leur place en prison. « On a ici une équipe psychiatrique avec une capacité de réactivité assez exceptionnelle, ce n’est pas le cas partout, se félicite Patrick Paris. Pour autant, l’augmentation du nombre de détenus atteints de troubles psychiatriques ne fait qu’augmenter, « si la prison doit continuer à les accueillir, il faut que la prise en charge soit à la hauteur », précise le directeur. Pour Muriel Ressiguier, la question va plus loin : « Les prisons sont surpeuplées. Quelles solutions trouve-t-on pour ces personnes qui, de l’avis de tous, devraient être ailleurs qu’ici ? »

Des thèmes qui seront discutés à l’occasion du débat à l’Assemblée nationale autour de la réforme pénitentiaire présentée au début du mois par le président de la République Emmanuel Macron et la garde des Sceaux Nicole Belloubet. Nul doute que Muriel Ressiguier aura alors son mot à dire.

Marine Desseigne
Article tiré de la Marseillaise  le 28 mars 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s