Cinq milliards de Terriens menacés par la pénurie d’eau

 

Dès 2050, une bonne partie de la planète risque d’être confrontée à la sécheresse.

Comme d’autres rapports sur les conséquences, déjà visibles et à venir, du dérèglement climatique, l’avertissement sur le risque d’une sécheresse mondiale lancé cette semaine depuis le Forum mondial de l’eau [1] de Brasilia sera probablement vite oublié : les pénuries d’eau pourraient toucher 5 milliards de Terriens dès 2050.

Il n’y aura évidemment ni moins ni plus d’eau sur la planète puisque le cycle mondial de l’évaporation et de la formation des nuages ne change guère. Mais l’eau produite par ce cycle sera de plus en plus mal répartie, les pluies changeront de rythme, elles déserteront les espaces très peuplés comme cela se produit au Cap en Afrique du Sud, elles alimenteront de moins de moins les nappes souterraines et les rivières ; et surtout cette eau sera partout de plus en plus polluée, donc impropre à la consommation.

Sur les 4 600 kilomètres cubes d’eau utilisés par les humains chaque année, 70 % sont utilisés pour les besoins agricoles, 20 % le sont par l’industrie et seulement 10 % pour les besoins domestiques. Il faut rappeler que les habitants des pays industrialisés en consomment jusqu’à quinze fois plus que ceux des pays du Sud : 25 litres par jour en Inde, 143 litres pour la France ou 295 litres pour les États-Unis. Cette consommtion a été multipliée par six depuis un siècle. Elle n’a pourtant guère changé pour de nombreux pays en voie de développement, mais elle continue à s’accroître dans les nations les plus riches.

Le manque d’eau va s’intensifier dans les pays industrialisés, où le gaspillage est énorme, tandis que la situation de pénurie risque d’empirer dans les autres. Et les besoins augmentent de 1 % chaque année. Les conditions de sa répartition entre les villes des pays les plus riches et les nations pauvres vont s’aggraver rapidement, faute de mesures d’économie pour les premiers et de systèmes de distribution dans les seconds. Dans les pays déjà en état de pénurie, comme les nations industrialisées, la croissance mal contrôlée des villes côtières accroîtra le déséquilibre entre les besoins en eau et sa disponibilité.

Les sécheresses et la dégradation des sols deviendront donc rapidement une menace pour la survie de centaines de millions de personnes. D’autant plus que l’eau disponible sera de plus en plus polluée, notamment par l’usage grandissant des pesticides et les barrages voués principalement à l’irrigation ; mais aussi par l’absence de sanitaires dont souffrent des millions de personnes dans le monde. Lors de la présentation de ce rapport à Brasilia, la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, a expliqué : « Nous savons tous que la rareté de l’eau peut mener à des désordres dans la population, à des migrations de masse et à des conflits armés entre pays. » Cette réalité a été soulignée par le dernier rapport de la Banque mondiale qui explique, dans ses prévisions les plus optimistes, que la planète comptera 143 millions nouveaux « réfugiés climatiques » d’ici une dizaine d’années, essentiellement à cause du manque d’eau dans leurs espaces de vie devenus impropres à l’agriculture…

[1] Un organisme des Nations unies qui se réunit tous les trois ans pour faire le point sur l’état et la situation de l’eau dans le monde.

Claude-Marie Vadrot
Article tiré de Politis  le 28 mars 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :