L’état cautionne le plan social de Gemalto

Jean-Luc Mélenchon, le député de la France insoumise des Bouches-du-Rhône, a interpellé le gouvernement ce mercredi à l’Assemblée nationale. Les salariés de Gemalto restent pantois devant « la réponse formatée » de la secrétaire d’état qui siégeait jusqu’en novembre dernier au conseil d’administration de Thales. 

Jean-Luc Mélenchon, qui était venu à La Ciotat, rencontrer les délégués syndicaux et les salariés de Gemalto le mois dernier, a interpellé le gouvernement ce mercredi, à l’Assemblée nationale, sur la situation de l’entreprise et du plan social comprenant la suppression de 288 postes, alors que le groupe Thales s’en est porté acquéreur.

Le député est monté au créneau pour demander à l’état d’intervenir afin d’empêcher la réalisation du plan social en cours à Gemalto, « une société qui a l’air de se porter assez bien pour servir à son Pdg un salaire d’un million et demi dans l’année et pour dégager 370 millions d’euros de bénéfices » rappelle-t-il. Quant au rachat de Gemalto par Thales officialisé en fin d’année et qui doit se concrétiser pendant le second semestre, « ce serait absurde qu’une société d’état, rachète une autre société dans laquelle il y a un intérêt d’état et qu’avant cela, 288 ingénieurs soient licenciés, perdant pour l’essentiel de la matière grise qui, dans ce domaine est décisive ». Un seul point de consensus formel entre la position de l’état et celle de la France insoumise, que cette opération renforce la position de la France sur un pôle aussi stratégique que sensible que constitue la sécurité numérique.

Ce plan de sauvegarde de l’emploi est « justifié selon l’entreprise par la nécessité de restaurer sa compétitivité sur un marché concurrentiel » répond Delphine Gény-Stephann, la secrétaire d’état au ministère de l’économie et des Finances. « Les services déconcentrés de l’état ont fait et continuent de faire preuve d’une vigilance constante dans ce dossier pour s’assurer que les obligations légales de Gemalto sont bien respectées » déclare-t-elle, ce qui équivaut, à une fin de non recevoir.

« Thales n’entend pas mettre fin au plan social » répond l’état

La secrétaire d’état, présente ensuite « l’accord trouvé entre Thales et Gemalto pour le rapprochement des deux sociétés ». Il « permettra à l’ensemble combiné des deux sociétés fort de 90 000 salariés et de 18 milliards de chiffre d’affaires, de se positionner comme un leader mondial de la cybersécurité, de l’internet des objets, et des solutions d’authentification. Dans un secteur de haute technologie et en forte croissance, c’est un groupe mondial fortement ancré en France qui va se constituer (…) » reprenant quasiment au mot près, le communiqué de presse cosigné par les dirigeants des deux groupes lors de l’officialisation de l’intention de rachat.

Et de poursuivre dans la même veine : « La société Thales a rendu publics des engagements clairs. Aucune suppression d’emplois ne résultera directement du rapprochement avec Gemalto. (…). Par ailleurs, Thales n’entend pas mettre fin au plan social en cours chez Gemalto (…) mais a proposé aux salariés de Gemalto concernés de leur faire bénéficier à l’accès aux bourses de l’emploi et au programme de mobilité interne de Thales. ». Dans ce cas là, « pourquoi licencier des gens avant ? (…) Perdre 288 spécialistes de cette nature, ce n’est pas améliorer la compétitivité d’une entreprise, mais plutôt la diminuer » commente Jean-Luc Mélenchon.

Même s’ils sont désormais habitués à se faire doucher froid, les salariés n’ont pas manqué de réagir « c’est impressionnant comme la réponse de la secrétaire d’état est formatée par le discours de Thales… et donc par Altedia. ça en dit long sur l’indépendance de nos représentants politiques, c’est affligeant ». D’autant plus troublant que Delphine Gény-Stephann a notamment siégé au conseil d’administration Thales jusqu’à sa nomination au gouvernement en novembre 2017, soit quelques semaines avant le lancement du plan social de Gemalto… A se demander « qui » a répondu au député de la France insoumise ce mercredi.

Photo : La Marseillaise – Sylvain Fournier
Sylvain Fournier
Article tiré de la Marseillaise  le 29 mars 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s