Brésil – « Je vais me conformer au mandat de dépôt et vous deviendrez tous Lula »

L’ancien président de 72 ans, « Lula » da Silva s’est  livré à la police samedi 7 avril. 

Aussitôt arrêté, Lula a été transféré par avion à Curitiba, ville du sud du pays, où il avait été jugé et condamné, puis acheminé au siège local de la police fédérale pour entamer sa période de détention. Des affrontements ont éclaté devant le bâtiment entre des partisans de l’ex-chef de l’Etat et la police qui a utilisé des grenades assourdissantes, du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc pour les disperser.

Lula a prononcé discours devant les membres du PT

Avant de se livrer aux forces de l’ordre, Lula a de nouveau clamé son innocence et dénoncé un « crime politique » devant des centaines de membres du Parti des travailleurs rassemblés devant le siège du syndicat des métallurgistes à Sao Paulo, là où il a entamé sa carrière politique et où il s’était réfugié depuis jeudi. « Je vais me conformer au mandat de dépôt et vous deviendrez tous Lula« , a-t-il promis. « Je ne suis pas au-dessus des lois. Si je ne croyais pas à la loi, je n’aurais pas créé de parti politique, j’aurais fait une révolution. »

Le silence des autres politiques 

Au moment où l’arrestation de Lula secoue le Brésil, la classe politique nationale fait au contraire preuve d’une grande discrétion, nombre de dirigeants étant sous le coup d’une enquête pour corruption.
Ce silence est d’autant plus assourdissant que le fait de voir l’icône de la gauche brésilienne et le favori de la présidentielle d’octobre derrière les barreaux rebat les cartes de ce scrutin.
« L’Opération Lavage-express est allée bien plus loin que ce que tout le monde croyait, les principaux partis, les grandes figures du Parlement et (le président Michel) Temer lui-même », déclare à l’AFP Sylvio Costa, fondateur du site d’actualité politique Congreso em Foco.

A qui le tour ?

« Dans leur tête, ça n’irait jamais aussi loin. Ils sont stupéfaits », ajoute-t-il. « Si Lula, qui est si populaire et en tête des sondages cette année, va en prison, que va-t-il m’arriver ? », doivent-ils se demander, juge M. Costa.
Selon le site Congresso em Foco, près de 40% des députés et sénateurs brésiliens sont actuellement dans le viseur de la justice pour détournements supposés de fonds publics ou pour avoir reçu des pots-de-vin.
Photo AFP
Article tiré de l’Humanité . le 8 avril 2018
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s