De Fos-sur-Mer à Paris, une marche citoyenne pour la santé environnementale

Une « marche pour la santé environnementale » reliera Fos-sur-Mer à Paris entre le 1er mai et le 30 juin pour appeler l’Etat à agir plus fortement contre les pollutions, la « malbouffe », ou encore l’exposition aux produits toxiques.

Cancers, allergies, obésité, perturbations hormonales, maladies liées aux effets secondaires de certains médicaments et vaccins, électro-hypersensibilité… Une trentaine d’ONG et associations organisent une grande marche citoyenne pour la santé environnementale. Ce collectif, baptisé « Les Cobayes lancent l’alerte », souhaite dire « basta ! » à la malbouffe, les pollutions, l’exposition aux produits toxiques et au pouvoir des lobbys industriels. Pour cela, il invite la population à relier Fos-sur-Mer à Paris entre le 1er mai et le 30 juin.

Selon le communiqué, l’idée est de « rompre l’isolement des victimes » et de « créer un mouvement citoyen contre l’inertie des pouvoirs publics en matière de santé environnementale. Marchons pour exiger le droit fondamental à un air sain, une alimentation saine, une médecine saine. Refusons d’être des cobayes », scandent-ils. Derrière ce collectif, des associations comme l’APESAC qui aide les victimes de la Dépakine, l’association de défense et de protection du littoral du golfe de Fos, ou encore le collectif « Stop nitrites ».

A chaque étape un problème environnemental

Parmi les signataires, on retrouve plusieurs lanceurs d’alerte comme les députés européens Michèle Rivasi, Guillaume Balas, l’ex-magistrate du Pôle santé de la cour d’appel de Paris Marie Odile Bertella Geffroy, le philosophe et vice-président de la Fondation pour la nature et l’homme (FNH) Dominique Bourg, l’architecte Rudy Ricciotti et le biologiste Jacques Testart.

A chaque étape, il sera organisé des réunions publiques où seront déclinés différents problèmes environnementaux : les rejets industriels dans la Durance à Sisteron les 11 et 12 mai, les nanotechnologies à Grenoble du 17 au 19 mai, la santé des sous-traitants de l’industrie nucléaire à Belleville-sur-Loire le 18 juin…
Accompagnés d’une voiture médicalisée tout au long du parcours, les marcheurs doivent arriver le 30 juin à Paris, où ils souhaitent manifester depuis l’incinérateur d’Ivry jusqu’à l’Hôtel de Ville de Paris. Dernière étape : Bruxelles, début juillet, pour faire entendre leurs revendications au niveau européen.

 

Article tiré de RFI   le 9 avril 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s